Vous êtes ici » fr » Actualités » Que faire lorsqu’un problème d’éjaculation précoce devient une cause d’infertilité masculine

Que faire lorsqu’un problème d’éjaculation précoce devient une cause d’infertilité masculine

Multiples sont les causes liées à l’infertilité masculine. Contrairement à l’anéjaculation, le problème d’éjaculation précoce n’est pas unanimement reconnu comme une cause directe d’infertilité masculine. Pour autant, ce trouble mécanique peut jouer un rôle majeur dans l’incapacité de procréation, surtout en l’absence d’éjaculation intra vaginale. Comment venir à bout du problème d’éjaculation précoce afin qu’elle ne devienne pas une cause d’infertilité masculine ? Le Guide de l’infertilité s’est penché sur la question.

Quand le problème de l’éjaculation précoce cause l’infertilité masculine

Un enjeu démographique

Les causes de l’infertilité masculine sont diverses et parfois inconnues. S’il ne conduit pas systématiquement à une l’infertilité masculine, le problème d’éjaculation précoce est un facteur mécanique qui peut altérer la capacité d’un couple à procréer, en l’absence de dépôt de spermatozoïdes dans le vagin. Quelles que soient les difficultés encourues, des solutions existent pour favoriser la fertilité masculine. Face aux nombreuses causes d’infertilité masculine, traiter des troubles tels que le problème d’éjaculation précoce est aujourd’hui un enjeu démographique majeur. Certaines études démontrent ainsi que l’infertilité masculine est de nos jours envisagée comme un fléau dont souffrent de plus en plus de couples. De ce fait, d’innombrables méthodes ont été mises au point pour redonner à chacun la confiance nécessaire à la procréation. Aujourd’hui, l’éjaculation précoce est de plus en plus pointée du doigt dans le cadre des problèmes de fertilité.

Le problème d’éjaculation précoce : définition

L’EP peut-elle vraiment causer une infertilité masculine ?

Trop souvent on considère qu’un problème d’éjaculation précoce est fatalement une cause directe d’infertilité masculine. Pourtant, toutes les études menées abondent dans le même sens : il est possible d’être éjaculateur précoce sans souffrir d’infertilité masculine. En revanche favoriser la fertilité masculine par une éjaculation maîtrisée, est une solution mécanique qui peut aider des couples en difficulté de procréation. En effet, en influant sur la psychologie du couple, traiter le problème d’éjaculation précoce peut lever d’éventuels blocages qui empêchaient la grossesse.

Définition du problème d’éjaculation précoce

Le problème d’éjaculation précoce est un trouble du comportement sexuel de l’homme, qui éjacule moins de deux minutes après la pénétration sans en avoir le contrôle. Le moment de l’orgasme est important et lorsque l’éjaculation n’est ni contrôlée, ni souhaitée par l’un ou l’autre partenaire, il devient un problème de dysharmonie du couple, ou même un élément psychologique mis en cause lorsque des troubles d’infertilité masculine apparaissent. Les spécialistes en sexologie ont du mal à s’accorder sur la définition exacte du problème d’éjaculation précoce qui touche de nombreux hommes. En effet, le temps minimal n’est pas clairement établi, bien qu’universellement on l’estime à deux minutes après la pénétration. Dans les cas extrêmes, l’éjaculation se produit durant les préliminaires. Le problème d’éjaculation précoce qui a été reconnu et défini en 2008 par laSociété Internationale de Médecine Sexuelle (SIMS), n’est pas considéré comme une maladie biologique en tant que telle. Cependant, elle peut avoir des origines tant physiologiques (problèmes hormonaux par exemple) que psychologiques, qui peuvent causer une infertilité masculine. En outre, est éjaculateur précoce celui qui malgré une longue expérience sexuelle est incapable de maîtriser le moment de l’orgasme.

Solutions

Le problème d’éjaculation précoce pouvant être psychologique comme physiologique, il convient de consulter un médecin. Dans tous les cas, il est essentiel de désamorcer cette difficulté psychologique en l’abordant avec un professionnel tel qu’un sexologue ou un psychologue.

Autres troubles sexuels, potentielles causes de l’infertilité masculine

L’anéjaculation, l’éjaculation rétrograde

L’anéjaculation qui est l’absence totale d’éjaculation se caractérise de deux manières selon qu’il y a ou non orgasme masculin. Lorsqu’il y a orgasme, cela signifie que dans ce cas d’anéjaculation, le sperme part dans le mauvais sens : on le nomme éjaculation rétrograde. Dans le cas où il n’y a pas d’orgasme, cela appuie la thèse qu’il peut certainement s’agir d’un trouble psychologique. Généralement l’homme peut éjaculer lors de la masturbation mais pas par voie coïtale. Dans les deux situations, ce problème d’éjaculation précoce altère la fertilité masculine. Il est par conséquent fortement recommandé de consulter un spécialiste en sexologie ou un psychologue avant d’envisager une éventuelle Assistance Médicale à la Procréation (AMP).

Les troubles de l’érection

Les troubles de l’érection ont également la plupart du temps des origines psychologiques. Stress, tabagisme, alimentation, surmenage sont autant de facteurs qui justifient les troubles de l’érection. La prise de certains médicaments tels que les antidépresseurs peuvent également être à l’origine des problèmes érectiles. Lorsqu’ils empêchent l’éjaculation, les troubles de l’érection sont une cause d’infertilité masculine. Quels qu’en soient les raisons, ils nécessitent une assistance psychologique ou sexologique afin d’écarter toute difficulté à la procréation mais également pour redonner au couple une harmonie sexuelle.

Une inquiétude très répandue

Le problème d’éjaculation précoce par association à d’autres troubles sexuels tels que la dyspareunie (douleur survenant chez la femme lors de la pénétration, dont la conséquence peut être une angoisse et une réticence progressive aux rapports sexuels), est une difficulté masculine qui se répand de plus en plus. D’après certains rapports, 75 % des hommes affirmeraient éjaculer quelques secondes après la pénétration, et ce dans la majorité de leurs rapports sexuels. Mais seulement 20 % en feraient part à des professionnels spécialisés afin d’être pris en charge. En effet, leur virilité étant mise à rude épreuve, ils avouent éprouver de la honte et de la frustration face à cette préoccupation.

L’EP, une maladie ?

Enfin, notons que l’éjaculation précoce ne peut être considérée comme une maladie car dans l’instinct animal, l’éjaculation n’est que l’outil de procréation. Si l’on tient uniquement compte de l’aspect biologique et que l’on s’affranchit de la vision sociétale, il en ressort que les troubles sexuels sont uniquement assimilés à des codes sociaux modernes fondés sur le plaisir et l’image de soi.

Le mot de Valérie

La « petite mort »
« L’homme est un chasseur qui chasse pour pourvoir au bien-être de sa famille, pour combler les attentes de son épouse, ainsi que celles de ses enfants. De tout temps, par l’éducation, par la formation, on lui a appris à être fort, téméraire et combatif. Un guerrier à la hauteur et capable de prendre sur son épaule, de serrer dans ses bras, d’être sécurisant… Ne surtout pas lâcher prise, contrôler ses pulsions animales ! Et son éjaculation alors ?
Pourquoi certains hommes sont-ils des éjaculateurs précoces alors que l’éjaculation représente pourtant la fin du plaisir, encore appelé la petite mort… ?
Un homme qui se lâche, qui pleure, devient hystérique ou n’est pas capable de se contrôler n’est finalement pas différent d’une femme, qui elle bien au contraire de l’homme lâche prise pour être dans l’accueil utérin, sexuel et nourricier. La femme a donc, par nature, ce pouvoir de se laisser combler. Encore faut-il qu’elle ne se situe pas en refus face à la volonté de l’homme de la combler !
Ceci expliquerait sa frigidité ou son incapacité à s’offrir sans contrôle pour ressentir le plaisir du lâcher prise ! »

Les blocages sexuels
Femme au masculin… homme au féminin…
« Un éjaculateur précoce et une femme contrôlante formeraient-ils le couple idéal ??
Comment l’homme peut-il se sentir heureux de ne pas combler sa femme et d’avoir la sensation qu’il la gêne et qu’il lui fait mal ?Et elle, comment se sentir capable de lâcher prise si elle sait que son bien aimé va trop vite et qu’elle n’a pas le temps de se relâcher ?
O.R.I.U.S permet à chacun de se retrouver dans sa véritable identité sexuée, pour en finir avec les blocages sexuels. »

Pertes vaginales, infertilité et grossesse : Mycose ou Vaginose, quelle différence ?

Toutes les deux entraînent des pertes vaginales altérant la fertilité, mais aussi la qualité des relations sexuelles. Bien que la mycose ou la vaginose ne soient pas des maladies sexuellement transmissibles, les rapports sexuels peuvent favoriser leur survenue d’une vaginose par un phénomène mécanique, ou d’alcalinisation du vagin par le sperme (alcalin).

13 conseils aux femmes enceintes contre pollution et perturbateurs endocriniens

Plus personne n’ignore aujourd’hui la pollution et les perturbateurs endocriniens, omniprésents dans notre quotidien, dangereux pour la fertilité, la santé et celle de nos enfants. Les femmes enceintes sont particulièrement vulnérables. En effet, on constate que la pollution et donc les PE ont un effet direct sur le fœtus, pouvant avoir des conséquences délétères sur son développement et son futur capital santé.

Avec Valérie Grumelin Halimi & Véronique Bied-Damon, le Guide de l’Infertilité fête son 1er anniversaire !

Le Guide de l’infertilité et la Méthode Gynéco Psy fêtent leur UN an ! Un an d’infos et de conseils pour vous aider à comprendre les mécanismes de la fertilité, un an de prise en charge gynéco psy pour vous accompagner dans votre projet de procréation, et un an de pratique hospitalière de la Technique O.R.I.U.S pour débloquer les grossesses.

Toutes nos actualités