Vous êtes ici » fr » Désir d’enfant » Combien de temps en moyenne pour être enceinte 

Combien de temps en moyenne pour tomber enceinte ? Quelle probabilité ?

Combien de temps en moyenne faut-il à une femme pour tomber enceinte ? Chaque femme est un cas particulier et unique car de nombreux facteurs sont à l’origine de sa variation. Les facteurs physiques et psychologiques sont susceptibles d’augmenter la durée moyenne pour tomber enceinte.

Le délai nécessaire pour concevoir

Il faudra en moyenne entre 7 mois et un an pour aboutir à un résultat positif. C’est le temps moyen qu’il faut pour tomber enceinte, ce qu’on appelle le « délais nécessaire pour concevoir ». Il varie d’une femme à l’autre selon son potentiel de fertilité : le temps moyen pour tomber enceinte se situe entre 3 et 6 mois pour un jeune couple, et augmente avec l’âge.

La durée moyenne pour tomber enceinte dépend de facteurs physiques

La contraception et la grossesse

La première des choses lorsque j’envisage de concevoir un enfant, est de cesser toute forme de contraception. Comme la prise de pilule modifie les cycles naturels menstruels, il me faudra le temps de retrouver un cycle régulier et de ce fait ne pas m’inquiéter si vous je ne tombe pas enceinte du premier coup.

L’âge influe le temps moyen qu’il faut pour tomber enceinte

Plus mon âge s’accroit, moins je suis fertile, plus la durée moyenne pour tomber enceinte augmente.

Temps moyen pour tomber enceinte jusqu’à 30 ans

Avant 30 ans, les probabilités de tomber enceinte sont de 25 % par cycle en moyenne et 85% des couples obtiennent une grossesse dès la première année et 90% au bout de deux ans. Le temps moyen pour tomber enceinte entre 3 et 6 mois pour un jeune couple. Une femme de 30 ans a en moyenne 75% de probabilités d’avoir un enfant dans les 12 mois suivant l’arrêt de sa contraception.

Après 30 ans

Après 40 ans, les chances de grossesse par cycle chutent à 6%. La baisse des probabilités de tomber enceinte s’accélère après 36 ans. Ne pas attendre pour consulter après 35-36 ans. Une femme de 40 ans a en moyenne 44% de probabilité d’avoir un enfant dans les 12 mois suivant l’arrêt de sa contraception.

Concevoir un enfant, c’est également dans la tête

La fécondation, je n’en fais pas une obsession

Afin d’optimiser le temps moyen pour tomber enceinte, je n’oublie pas qu’il faut d’abord être bien dans mon corps, et bien dans ma tête. La fécondation ne doit surtout pas devenir une obsession, l’homme n’aime pas se sentir utilisé, mais aimé. Le futur papa doit y trouver tout d’abord un désir et un plaisir incomparable. Pour minimiser le temps qu’il me faudra pour tomber enceinte, je m’assure d’être relax ! Lorsque je serais prête dans mon cœur, dans mon corps et dans mon mental, alors je pourrai concevoir un bébé. Le tout doit être aligné, et sensibilisé par un mode de vie et un environnement adapté à une bonne hygiène de vie.

Je prends soin de nous

Je n’oublie pas non plus que l’enfant est le fruit d’un amour. Mon futur bébé ne doit pas ressentir de poids ni de culpabilité sur ses épaules afin de s’incarner en moi en toute quiétude. Prendre soin de ma santé, ainsi que de mon amour pour moi-même et pour mon partenaire est donc impératif pour limiter le temps qu’il me faudra pour tomber enceinte. Ma grossesse débutera lorsque je serai dans l’amour de moi, heureuse de ma vie, épanouie, afin d’aimer et de diffuser cet amour à mes proches ainsi qu’à mon futur bébé.

Post confinement : où en est votre désir d’enfant ?

A l’instar des « fertiles », nombre de couples infertiles voient aujourd’hui leur projets de conception mis à mal, lorsqu’ils ne volent pas en éclats ! Si l’on ne disposent pas à ce jour de statistiques pour appuyer les dommages engendrés par près de deux mois et demi de confinement, les cabinets d’avocats semblent déjà crouler sous les demandes de divorces, tandis que les Centres d’AMP risquent de voir croître le nombre d’abandons de procédures.

Covid 19 & PMA : ce que le Coronavirus change pour les couples infertiles

Quelles sont les conséquences de la crise du Covid-19 pour ces couples et les nourrissons à venir ? Gynécologue endocrinienne spécialiste de la reproduction, de l’infertilité et de l’AMP, le Docteur Véronique BIED DAMON fait le point sur la situation de ceux qui sont en plein projet bébé.

Comment une infertilité expliquée peut-elle devenir psychologique ?

Saviez-vous que l’infertilité psychologique peut également s’inviter chez des couples chez qui l’infertilité est expliquée par un dysfonctionnent physiologique, tel une insuffisance ovarienne, ou encore une azoospermie. Comment cela est-il possible ? Quelles sont les conséquences et les solutions ?