Vous êtes ici » fr » Désir d’enfant » Fertilité féminine » L’âge et la grossesse

Calculer l’âge de la grossesse et compter les semaines d’aménorrhée

Chaque femme à le désir de savoir avec précision l’avancée de sa grossesse et c’est bien normal puisque cela lui permet d’estimer l’âge réel du bébé, et de pouvoir prévoir à peu près sa date d’accouchement. Mais pour dater une grossesse, deux méthodes de calculs sont ainsi utilisées : les semaines de grossesse ou les semaines d’aménorrhée. Comment calculer l’âge de grossesse et compter les semaines d’aménorrhée ?

Comment calculer l’âge de ma grossesse et les semaines d’aménorrhée ?

Pour savoir de combien de semaines je suis enceinte, je calcule la date de l’aménorrhée

Pour connaitre avec sagesse l’âge de ma grossesse, je commence à la calculer à partir de la date de l’aménorrhée.

Que sont les semaines d’aménhorrhée et pourquoi les compter ?

Calculer l’âge de la grossesse à partir de la date de l’aménorrhée, c’est la calculer à partir de l’absence des règles ou des menstruations. Le début d’une grossesse correspond au jour de la fécondation, pendant la période d’ovulation. Une grossesse dure à peu près 9 mois, soit 39 semaines de gestation, c’est dire 41 semaines si l’on compte en semaines d’aménorrhée.

La date précise du rapport sexuel n’est pas toujours connue car elle oscille
entre 1 à 5 jours, durée de la période d’ovulation. Pour connaitre le calendrier de semaine de grossesse, il est plus simple de partir du point de départ du premier jour des dernières règles : c’est à dire de compter en semaines d’aménorrhée (SA).
Etant donné que l’ovulation a lieu 2 semaines après le premier jour des règles, l’équation est simple. Pour calculer l’âge de la grossesse en semaines d’aménorrhée, il suffit de rajouter 2 semaines au semaines de grossesse (SG) pour retrouver la correspondance en SA.

Le calcul de l’âge de la grossesse en SA, rien de plus simple !

SA=SG+2 (semaines) Je le note de suite sur mon agenda !

Calculer l’âge de la grossesse pour mieux la suivre

Je suis en phase avec mon praticien

Pour suivre ma grossesse, je dois connaitre soit le jour de mon rapport sexuel, soit mon premier jour d’arrêt des règles. Pour calculer l’âge et le terme de ma grossesse, les praticiens comptent les semaines d’aménorrhée. J’ai tout intérêt à savoir calculer l’âge de ma grossesse en semaines d’aménorrhée afin d’être sur la même durée que mon médecin, et de partager avec lui le développement du bébé dans l’utérus.

Je suis mon calendrier de grossesse

Pour estimer mon calendrier de grossesse, j’utilise mon agenda pour suivre mes semaines de menstruations et leur dernier jour, ainsi je peux déterminer ma date d’accouchement. Il y a même des applications qui me permettent de suivre ma grossesse sur mon mobile ! J’en profite !

SG ou SA, de toute façon c’est bébé qui décide !

Pour calculer l’âge de ma grossesse, deux méthodes s’imposent donc à moi, en fonction de mon ressenti ou de ma mémoire. De toute façon je ne m’inquiète pas, mon bébé sortira de lui même lorsqu’il sera prêt à être embrassé par ses gentils parents !

Post confinement : où en est votre désir d’enfant ?

A l’instar des « fertiles », nombre de couples infertiles voient aujourd’hui leur projets de conception mis à mal, lorsqu’ils ne volent pas en éclats ! Si l’on ne disposent pas à ce jour de statistiques pour appuyer les dommages engendrés par près de deux mois et demi de confinement, les cabinets d’avocats semblent déjà crouler sous les demandes de divorces, tandis que les Centres d’AMP risquent de voir croître le nombre d’abandons de procédures.

Covid 19 & PMA : ce que le Coronavirus change pour les couples infertiles

Quelles sont les conséquences de la crise du Covid-19 pour ces couples et les nourrissons à venir ? Gynécologue endocrinienne spécialiste de la reproduction, de l’infertilité et de l’AMP, le Docteur Véronique BIED DAMON fait le point sur la situation de ceux qui sont en plein projet bébé.

Comment une infertilité expliquée peut-elle devenir psychologique ?

Saviez-vous que l’infertilité psychologique peut également s’inviter chez des couples chez qui l’infertilité est expliquée par un dysfonctionnent physiologique, tel une insuffisance ovarienne, ou encore une azoospermie. Comment cela est-il possible ? Quelles sont les conséquences et les solutions ?