Vous êtes ici » fr » L’infertilité inexpliquée » Infertilité inexpliquée & FIV

Infertilité inexpliquée et prise en charge médicale : quand faire une FIV ?

Dans le cadre d’une infertilité inexpliquée, quand envisager une FIV ? L’infertilité inexpliquée représente 10-15% des causes d’infertilité. Elle est définie comme inexpliquée lorsque tout le bilan complet est normal, tant pour le futur père, que pour la future mère ne parvenant pas à tomber enceinte. La fécondation in vitro représente parfois la solution. Dans quels délais l’envisager ?

Pourquoi la fécondation in vitro ?

Les limites du bilan de fertilité

S’ils peuvent révéler de nombreux facteurs susceptibles d’expliquer une infertilité, les examens du bilan ne permettent pas d’explorer certaines étapes de la fertilité comme la fécondance. Tous les examens dont nous disposons ne permettent pas de « tout voir » et les facteurs environnementaux et psychologiques ne sont pas mesurables par des tests.

FIV et infertilité inexpliquée : quand l’envisager ?

La rapidité de prise en charge médicale dépend de l’âge de la patiente, de la durée d’infertilité inexpliquée et du type d’infertilité primaire ou secondaire.
La prise en charge de l’infertilité inexpliquée sera d’autant plus rapide vers la PMA plutôt FIV si :

  • femme âgée > 35 ans
  • durée infertilité > 5 ans
  • Infertilité primaire car le couple n’a pas fait la preuve de sa fertilité. La FIV test de fécondance afin de tester la fécondance des gamètes.

FIV et infertilité inexpliquée : 2 en 1 !

A la fois diagnostic et thérapeutique

Dans le cadre de l’infertilité inexpliquée, la fécondation in vitro est proposée à titre à la fois diagnostic et thérapeutique : diagnostic pour tester la fécondance.
La FIV permet de mettre en contact sperme et ovocyte. Le taux de fécondance spontané est de 70% environ. En cas d’infertilité inexpliquée, la FIV test permettra d’évaluer cette fécondance qui parfois peut être diminuée voir nulle : c’est ce que l’on appelle un échec de fécondance lié à une mauvaise reconnaissance entre l’ovocyte et le spermatozoide. L’infertilité qui était inexpliquée a trouvé son explication par la pratique de la FIV. La FIV a permis de faire ce diagnostic et impose ensuite le recourir à la FIV avec micro injection (ICSI) qui assure en partie l’étape de la fécondation et permet de palier au trouble de la fécondance responsable de cette infertilité jusque là dite inexpliquée.

La FIV comme réponse à Infertilité inexpliquée

La FIV, pour l’infertilité inexpliquée, est également thérapeutique ; si on obtient des embryons, le transfert les chances de grossesse sont de 35% de grossesse par transfert dans ce contexte.

50% Fécondation in vitro / 50%ICSI

Que proposer pour tester la fécondance des gamètes sans risquer de se trouver devant un échec complet de fécondation (aucun embryon obtenu) ?
En pratique, devant une infertilité inexpliquée, on propose une FIV avec 50% des ovocytes en FIV classique pour tester la fécondance, et 50% en ICSI pour être sûr d’avoir un embryon à transférer en cas d’échec de fécondance, et obtenir une grossesse. Ce choix de prise en charge de FIV-ICSI 50%-50% est également proposé pour les échecs inexpliqués d’inséminations ou de stimulations ovariennes.
La décision de pratiquer une FIV 50% ICSI 50% est prise en le staff par l’équipe clinico-biologique selon le contexte de chaque couple afin d’optimaliser vos chances de grossesse.

Témoignage de Caroline, patiente comblée par la méthode gynéco-psy

« Comme le dit l’objet de mon mail "mieux vaut tard que jamais" ! En effet, nous nous sommes rencontrées le 22 janvier 2015 au cabinet du Dr Bied-Damon, à l’hôpital Natecia de Lyon. Je suivais alors un protocole de FIV pour lequel je venais de faire une ponction d’ovocyte. Depuis je devais vous "donner des nouvelles" quant aux suites de notre RDV. Les événements se sont enchaînés et me voilà aujourd’hui maman de jumelles de 7 mois 1/2. Je tenais à vous remercier de m’avoir reçue. J’ai senti à l’issue de notre entretien un vrai bien-être. J’ai appréhendé le transfert d’embryon puis ma grossesse dans une réelle sérénité.
Navrée de ne pas avoir donné de nouvelles plus tôt. Encore une fois merci. Caroline »

Infertilité et drogues : les effets du Cannabis, de la Marijuana, cocaïne et héroïne

Contrairement à ce que d’aucuns croient encore, l’âge auquel une femme se décide à procréer est bien loin d’être le seul facteur en jeu dans la réalisation de son désir d’enfant. Marijuana, Cannabis, cocaïne ou d’héroïne amenuisent également considérablement les chances d’attendre un bébé. Drogues et infertilité : le Guide vous éclaire.

Être fertile : mes 5 premiers reflexes « anti-infertilité »

Si fonder une famille semble une étape naturelle de la vie, l’infertilité n’a de cesse de gagner du terrain au sein des couples français. Tandis que le désir d’enfant arrive naturellement avec la rencontre de l’être aimé, il est de plus en plus fréquent pour le couple, d’être confronté à l’infertilité. Ils ont envie de procréer, se sont-ils demandé s’ils seraient fertiles ?

Blocage psychologique pour tomber enceinte : quels bénéfices de la solution O.R.I.U.S. sur les patients infertiles ?

Toujours à l’étude, la Méthode O.R.I.U.S. présente des résultats très prometteurs auprès des victimes d’infertilité, quelle qu’en soit la cause. En « débloquant la grossesse », O.R.I.U.S. permet à de plus en plus de couples de procréer. Il est fréquent qu’en concentrant son attention sur un dysfonctionnement physiologique causant l’infertilité, on passe à côté d’un blocage psychologique pour tomber enceinte.