Vous êtes ici » fr » Solutions et traitements » Les F.I.V. (Fécondation In Vitro) » Lorsque la FIV échoue

Échec de FIV : que faire lorsque la Fécondation In Vitro échoue ?

Lorsque pour un couple confronté à l’infertilité, le recourt à la Procréation Médicalement Assistée devient la meilleure option, la Fécondation In Vitro est souvent envisagée. Que faire en cas d’échec de FIV ? Quelles solutions lorsque la FIV ne fonctionne pas ?

Que faire en cas d’échec de FIV ?

Les chances de réussite

Le taux de réussite de la FIV en France est évalué tous les ans par l’Agence de Biomédecine. Il s’agit de taux de réussite de la Fécondation In Vitro soit par ponction, soit par transfert.

Taux de réussite par ponction

Le taux moyen de réussite d’une FIV est de 25,6% par ponction en 2013 (ABM 2013) et 28% par ponction en 2014 (ABM 2014).
Ce taux dépasse les 30-35% de réussite par transfert .

Échec de FIV : que faire ?

Lorsque la FIV échoue, le couple est revu en consultation pour faire un bilan d’échec d’implantation avant de reprogrammer une autre tentative.

La femme

Selon le contexte, le bilan d’échec de FIV peut être complété pour la femme par :
• une biopsie de l’endomètre,
• un écho doppler des artères utérines,
• un bilan immunologique à la recherche d’un terrain auto-immun.

L’homme

Pour l’homme, la recherche de la fragmentation de l’ADN des spermatozoïdes est parfois demandée.

Ce que le couple peut faire en cas d’échec de FIV

Pour le couple, un test génétique avec un caryotype sanguin viendra compléter le bilan d’échec de FIV.

Quelle solution lorsque les Fécondations In Vitro ratent malgré des bilans normaux

Lorsque les Fécondations In Vitro échouent les unes après les autres

L’état psychologique

A ce stade d’échec de FIV, le couple peut commencer à douter : pourquoi cela ne marche pas ? Pourquoi les FIV échouent alors que les bilans sont normaux ? Ce doute crée un stress psychologique qui peut engendrer un impact négatif sur la fertilité, et aggraver ainsi le pronostic d’infertilité. Une évaluation de l’état psychologique est proposée pour dénouer tous ces blocages pouvant altérer la fertilité et les chances de succès d’une PMA.

Le témoignage d’Esther, enceinte après plusieurs échecs de FIV

L’infertilité inexpliquée

L’entretien avec le psychologue permettra d’exprimer les craintes et les doutes et de favoriser un lâcher prise avec les pensées ruminantes qui empoisonnent et culpabilisent. Il s’opère alors en séance une nouvelle confiance en soi et en ses capacités à reprendre un traitement, et le couple peut envisager les choses clairement et débloqué de ses pensées récurrentes inhibitrices souvent inconscientes.

Infertilité secondaire inexpliquée : le témoignage de Sophie

Heureuse maman d’un petit Timéo né en août, Sophie témoigne de son infertilité secondaire inexpliquée. Jeune trentenaire la tête sur les épaules, bien dans son couple et sans problème de santé particulier, Sophie n’aurait jamais imaginé rencontrer autant de difficultés pour avoir un enfant. Voici son histoire, et comment elle a pu lever le blocage de sa grossesse.

La SÉANCE DE DÉCRYPTAGE de Valérie Grumelin, psychologue spécialiste de l’infertilité

Psychologue comportementaliste spécialisée en Infertilité, la psychothérapeute Valérie Grumelin propose à ses patients une formule intéressante et inédite, une première séance de décryptage permettant de comprendre d’où vient le blocage de grossesse avant de passer à la thérapie comportementale de déblocage.

Post confinement : où en est votre désir d’enfant ?

A l’instar des « fertiles », nombre de couples infertiles voient aujourd’hui leur projets de conception mis à mal, lorsqu’ils ne volent pas en éclats ! Si l’on ne disposent pas à ce jour de statistiques pour appuyer les dommages engendrés par près de deux mois et demi de confinement, les cabinets d’avocats semblent déjà crouler sous les demandes de divorces, tandis que les Centres d’AMP risquent de voir croître le nombre d’abandons de procédures.