Vous êtes ici » fr » Infertilité & stérilité » Les différents types d’infertilité

Infertilité primaire, secondaire et primo-secondaire : qu’est-ce que c’est ?

L’infertilité peut être primaire ou secondaire. On parle d’infertilité primaire lorsqu’aucune grossesse dans le couple n’a été obtenue avec naissance d’un enfant. L’infertilité est dite secondaire lorsque le couple a déjà au moins un enfant, c’est à dire quand une grossesse a déjà permis la naissance d’un enfant vivant ou viable. L’infertilité primo-secondaire concerne quant à elle les couples où une grossesse a démarré mais sans naissance d’un enfant : c’est le cas des fausses couches.

Primaire, secondaire, primo-secondaire : les causes de l’infertilité

Les causes de l’infertilité primaire, secondaire et primo-secondaire sont multiples

Les causes de l’infertilité primaire, secondaire et primo-secondaire sont multiples et se répartissent de la façon suivante :

  • féminines dans 30 % des cas
  • masculines dans 30 %,
  • mixtes dans 30 %,
  • et infertilité inexpliquée dans 10 % des cas

La nécessité d’un bilan de fertilité du couple

Les causes de l’infertilité primaire, secondaire et primo-secondaire du couple sont connues dans 90% des cas après un bilan complet de l’homme et de la femme, c’est à dire un bilan du couple.

Il est important que les 2 membres du couple participent au bilan car les causes d’infertilité chez la femme sont indépendantes de celles retrouvées chez l’homme.
Par exemple : un trouble de l’ovulation chez la femme ne préjuge pas de la qualité des spermatozoïdes chez son conjoint.

Infertilité primaire, secondaire et primo-secondaire : le bilan doit être complet

Un bilan complet est nécessaire pour une prise en charge de l’infertilité primaire, secondaire et primo-secondaire du couple d’emblée efficace, et ainsi éviter de perdre du temps à cause d’un bilan incomplet. Pour le bilan d’infertilité, se reporter à la rubrique 2.6.

Quelle que soit la cause de l’infertilité, l’infertilité secondaire est de meilleur pronostic car le couple a fait la preuve de sa "compatibilité" et de sa fécondité, en particulier du pouvoir fécondant de leurs gamètes (ovocytes et spermatozoïdes) et du potentiel « implantatoire » de leurs embryons. Ces 2 paramètres ne sont pas mesurables par des tests précis. Seule la survenue d’une grossesse est la preuve de la fécondance des gamètes et du potentiel de l’embryon à s’implanter : ceci est le cas pour les infertilités secondaires et primo-secondaires mais pas pour les infertilités primaires. Le pronostic de l’infertilité primaire est donc globalement plus faible et ceci d’autant plus que la durée de cette infertilité est longue (> 5 ans). Cependant, chaque cas est particuliers et à l’issu bilan, un pronostic pourra vous être proposé mais toujours avec nuances car tout n’est pas prévisible et quantifiable.

Infertilité secondaire inexpliquée : le témoignage de Sophie

Heureuse maman d’un petit Timéo né en août, Sophie témoigne de son infertilité secondaire inexpliquée. Jeune trentenaire la tête sur les épaules, bien dans son couple et sans problème de santé particulier, Sophie n’aurait jamais imaginé rencontrer autant de difficultés pour avoir un enfant. Voici son histoire, et comment elle a pu lever le blocage de sa grossesse.

La SÉANCE DE DÉCRYPTAGE de Valérie Grumelin, psychologue spécialiste de l’infertilité

Psychologue comportementaliste spécialisée en Infertilité, la psychothérapeute Valérie Grumelin propose à ses patients une formule intéressante et inédite, une première séance de décryptage permettant de comprendre d’où vient le blocage de grossesse avant de passer à la thérapie comportementale de déblocage.

Post confinement : où en est votre désir d’enfant ?

A l’instar des « fertiles », nombre de couples infertiles voient aujourd’hui leur projets de conception mis à mal, lorsqu’ils ne volent pas en éclats ! Si l’on ne disposent pas à ce jour de statistiques pour appuyer les dommages engendrés par près de deux mois et demi de confinement, les cabinets d’avocats semblent déjà crouler sous les demandes de divorces, tandis que les Centres d’AMP risquent de voir croître le nombre d’abandons de procédures.