Vous êtes ici » fr » L’infertilité inexpliquée » Les blocages psychologiques émotionnels

Lorsque des blocages psychologiques émotionnels empêchent la grossesse

Dans le cadre d’un désir de grossesse, les blocages émotionnels psychologiques peuvent être très nombreux, en infertilité comme en infertilité inexpliquée. En effet, toutes nos émotions sont conditionnées par les réflexes nichés dans notre cerveau limbique, celui capable de cristalliser nos peurs, nos craintes, nos échecs et nos blessures, jusqu’à en bloquer notre fertilité voir même la grossesse elle même.

Grossesse Vs. Blocages émotionnels psychologiques

Notre mémoire passée et inconsciente nous protège

Qu’est-ce qu’un blocage émotionnel psychologique ? Chaque choc émotionnel donne lieu à une protection inconsciente plus forte que nous, nichée dans ce cerveau. Cette protection me pousse par un réflexe incontrôlé de venir piocher, au moment d’un choc similaire dans le présent, dans ma mémoire passée et inconsciente, en me rappelant de mon vécu traumatique et de son incidence sur moi. Elle me protège en réitérant le réflexe conditionné par l’épreuve que j’ai vécu antérieurement.

Comment un blocage psychologique émotionnel bloque une grossesse ?

C’est ainsi que si j’ai eu une peur du sang en étant bébé ou petit ayant été témoin d’une blessure à l’un des membres de ma famille, je me trouverai face à un choc émotionnel lorsque je reverrai du sang couler à l’âge adulte. Peut en découler un blocage psychologique émotionnel. Ce que j’ai ressenti en étant enfant devant la vue du sang se reproduira malgré moi, devant la vision du sang à l’âge adulte, tout comme face à une piqûre, une prise de sang ou autre état en prise avec un réflexe de peur enregistré durant l’enfance.

Le souvenir disparait mais le blocage psychologique émotionnel empêche la grossesse

Parfois même, je n’ai plus aucun souvenir du traumatisme à l’origine du blocage émotionnel psychologique, je l’ai tout simplement zappé pour me protéger de cette période difficile. Pourtant le choc émotionnel est bien là ! Il en est de même dans les blocages de grossesse et de fertilité, un choc émotionnel psychologique pouvant facilement se traduire par une infertilité.

Infertilité et psychologie

L’infertilité psy

En effet si durant mon enfance, ma gestation ou même ma conception, j’ai ressenti que je n’avais pas été désirée dans mon genre, dans ma personnalité ou dans mon identité, je peux me mettre en réflexe d’autoprotection et inconsciemment me protéger de ce traumatisme en n’étant pas enceinte. Mon blocage émotionnel psychologique empêche la grossesse, je suis infertile par résistance.

Fouiller l’inconscient pour débusquer les chocs

C’est pour cela qu’il est bon de vérifier ce que me cache mon inconscient en reprenant contact avec mes chocs émotionnels, pour démarrer ma grossesse. Un psychologue peut alors aider à lever les blocages de la grossesse, me rendre fertile afin que je tombe enceinte.

Le duo gynéco psy en vidéo

Lorsque le blocage est ancré au plus profond soi, il reste la solution du Rebirth Intra Utérin. Si cette technique est actuellement en cours d’étude scientifique, les premiers résultats sont spectaculaires ! La méthode a déjà permis à de très nombreux couples désespérés par leur incapacité à procréer de donner naissance.

Tomber enceinte après 40 ans : Comment retarder la ménopause

Afin d’éviter les désagréments associés à cette étape inéluctable, ou dans le but d’augmenter leurs chances de tomber enceinte apres 40 ans, les femmes rêvent de retarder l’échéance de la ménopause. Entre allongement de la durée de vie et amélioration des conditions de santé, la période de fertilité de 40 ans en moyenne devient insuffisante pour bon nombre de femmes qui n’hésitent plus à avoir recours à des traitements dans le but de retarder cette ménopause, voir pour tomber enceinte après 40 ans, âge auquel les chances de procréer tombent à 6% par cycle.

Le point sur le manque de gynécologues par le Dr Bied Damon, spécialiste fertilité & infertilité

En 2018, la France comptait 1054 gynécologues médicaux, soit un nombre tristement insuffisant puisqu’il conduit à une proportion de 3 gynécos pour 100 000 femmes en âge de procréer.

Le témoignage de Lyne, infertile et enceinte à 49 ans

Active et pleine de vie, Lyne a vécu sa vie de jeune femme à 100 à l’heure, avec en filigrane toujours présent, le projet de fonder une famille. Cela viendrait naturellement, il suffisait de faire confiance à la vie pour trouver son Homme, celui qui deviendrait le père de ses enfants.