Vous êtes ici » fr » Solutions et traitements » Les F.I.V. (Fécondation In Vitro) » Quelles chances de réussite avec une FIV ?

Quel est le pourcentage de chances de réussite d’une FIV ?

Lorsque le diagnostic d’infertilité tombe, lorsque le couple ne parvient pas à procréer spontanément malgré tous ses efforts, la PMA constitue souvent le meilleur recours. La FIV, ou Fécondation In Vitro, est souvent l’option retenue pour aboutir à une grossesse. Quel est alors les taux de réussite de cette FIV ? Quel pourcentage par ponction ou par transfert ? Quelles chances de réussir à la première tentative ? Le Guide de l’Infertilité vous dévoile les taux de réussite en pourcentage, de la FIV.

Quels taux de réussite, en pourcentage, pour une FIV ?

Le taux de réussite de la FIV en France est évalué tous les ans par l’Agence de Biomédecine.

Pourcentage de chances de réussite d’une FIV

Bien faire attention lorsque les taux de réussite vous sont donnés, s’il s’agit de taux de réussite de la fécondation in vitro par ponction ou par transfert (selon le rapport de ABM 2013).

Pourcentage de chances de réussite d’une FIV par ponction

Le taux moyen de réussite d’une FIV est de 25,6% par ponction en 2013 et 28% par ponction en 2014 (selon ABM). Soit un taux en légère progression d’une année sur l’autre.

Ce taux est plus élevé et dépasse 30%-35% de réussite si l’on parle de grossesse par transfert d’embryon car on élimine les cycles où la ponction n’est pas suivie d’un transfert (échec de fécondance).

Pour le transfert des embryons décongelés le taux de réussite est de 14,1% par cycle (ABM 2013) et de 15,6 par cycle (ABM 2014)

Le taux de grossesse

Le taux de grossesse est identique en FIV et en ICSI.
Ce taux de réussite de la FIV de 25,6% par cycle se renouvelle à chaque tentative mais ne s’additionne pas. Au final, le taux cumulé de grossesse après 4 tentatives est d’environ 60%.
Le taux de naissance par ponction est de 20,9 % pour l’année 2014 (ABM 2014)

Les taux sont variables d’un Centre AMP à l’autre mais dans une fourchette raisonnable. Vous pouvez obtenir cette information par votre praticien.

Le nombre d’enfants nés par PMA est de 23 000 par an et représente 2,8% des naissances.

Quelles chances de réussir sa fécondation In Vitro ?

L’indication de la FIV (tubaire, masculine, endometriose) ne joue que très peu sur les résultats, l’âge restant le critère pronostic essentiel sur le taux de grossesse.

Les facteurs « handicapants »

Sont de moins bons pronostics :

  • une durée infertilité longue (>5 ans)
  • la baisse de la réserve ovarienne avec une AMH <1
  • la présence d’un gros hydrosalpinx (qu’il faudra peut-être enlever)

Le facteur « âge »

Ce taux de grossesse en FIV ou ICSI varie selon l’âge principalement et chute à partir de 38 ans :

  • > 25 % avant 37 ans
  • 12% à 38 ans
  • 9 % à 40 ans
  • 5-6 % après 42 ans

Infertilité secondaire inexpliquée : le témoignage de Sophie

Heureuse maman d’un petit Timéo né en août, Sophie témoigne de son infertilité secondaire inexpliquée. Jeune trentenaire la tête sur les épaules, bien dans son couple et sans problème de santé particulier, Sophie n’aurait jamais imaginé rencontrer autant de difficultés pour avoir un enfant. Voici son histoire, et comment elle a pu lever le blocage de sa grossesse.

La SÉANCE DE DÉCRYPTAGE de Valérie Grumelin, psychologue spécialiste de l’infertilité

Psychologue comportementaliste spécialisée en Infertilité, la psychothérapeute Valérie Grumelin propose à ses patients une formule intéressante et inédite, une première séance de décryptage permettant de comprendre d’où vient le blocage de grossesse avant de passer à la thérapie comportementale de déblocage.

Post confinement : où en est votre désir d’enfant ?

A l’instar des « fertiles », nombre de couples infertiles voient aujourd’hui leur projets de conception mis à mal, lorsqu’ils ne volent pas en éclats ! Si l’on ne disposent pas à ce jour de statistiques pour appuyer les dommages engendrés par près de deux mois et demi de confinement, les cabinets d’avocats semblent déjà crouler sous les demandes de divorces, tandis que les Centres d’AMP risquent de voir croître le nombre d’abandons de procédures.