Vous êtes ici » fr » Solutions et traitements » La stimulation ovarienne (hormonale)

Qu’est-ce que la stimulation ovarienne hormonale ? Dans quels cas prendre des médicaments pour ovuler ?

Conseillée ou exigée selon la voix de PMA suivie par le couple (FIV ou insémination artificielle), la stimulation ovarienne consiste, comme son nom le laisse deviner, à stimuler les ovaires pour favoriser l’ovulation, dans le but d’une grossesse. Dans quels cas pratiquer la stimulation ovarienne par injection d’hormones ? Quels effets secondaires ont ces traitements médicamenteux pour ovuler ?

Stimulation ovarienne hormonale : traitement médicamenteux pour favoriser l’ovulation

La technique

La stimulation ovarienne consiste à faire mûrir un ou deux follicules jusqu’à son ovulation, et à programmer des rapports sexuels « au bon moment ». La fécondation a lieu naturellement après un rapport sexuel et ne nécessite pas la préparation des gamètes au laboratoire.

La stimulation ovarienne simple

La stimulation ovarienne ne fait pas partie de la procréation médicalement assistée (PMA). Elle permet simplement de restaurer des cycles ovulatoires. On parle alors souvent de stimulation ovarienne simple, c’est à dire sans PMA.

La législation française

Le stimulation ovarienne n’est pas réglementée par la loi de bio éthique mais est soumise à des recommandations de bonnes pratiques »( article L 2141-1 du Code de la Santé publique)

Dans quels cas stimuler les ovaires ?

La stimulation d’ovaires ou induction de l’ovulation sont indiqués en cas de troubles du cycle ovulatoire :

  • Dysovulation
  • Ovaires micro polykystiques (OMPK)
  • Stade précoce de l’insuffisance ovarienne
  • Anovulation centrale dans le cadre d’anorexie mentale ou de stress

Un traitement médicamenteux aux hormones pour faire ovuler les ovaires en les stimulant

La stimulation ovarienne hormonale : comment ça marche ?

Le principe de la stimulation ovarienne hormonale consiste à l’aide des hormones hypophysaires (FSH) d’agir directement sur l’ovaire et de permettre le recrutement, la sélection et la croissance d’un ou deux follicules, jusqu’à leur maturation finale. Une injection pour le déclenchement de l’ovulation est alors réalisée. Les rapports sexuels sont programmés dans les 24 à 40 h qui suivent le déclenchement. Le taux de grossesse avec stimulation ovarienne varie entre 10 et 15 pour cent par cycle.

Les traitements médicamenteux pour ovuler

Citrate de clomifène

Les comprimés de Citrate de clomifène (Clomid® et Pergotime®) sont prescrits du 2e au 6e jour du cycle. Ne pas persister à prendre ce médicament pour ovuler au delà de 3 cycle d’échec sans surveillance.

Gonadotrophines

Les injections de gonadotrophines : FSH recombinantes ou purifiées ou hMG. Il existe de nombreux produits sur le marché en auto injection avec des seringues ou un stylo. La dose et la durée de traitement médicamenteux pour ovuler dépendent de chaque profil hormonal de la patiente. La dose moyenne est autour de 75 UI par jour. Une adaptation des doses est faite selon la réponse au traitement évalué par échographie et prise de sang.

LHRH

La pompe au LHRH pour les aménorrhée centrales (stress, sportive, anorexie mentale). Cette pompe injecte toutes les 90 minutes du LHRH pour mimer le fonctionnement de l’hypothalamus.

Le monitorage du cycle

La stimulation ovarienne hormonale nécessite une surveillance que l’on appelle monitorage du cycle : ce monitorage consiste à pratiquer dès le 10e jour du cycle un contrôle échographique et une prise de sang hormonale pour s’assurer à la fois du nombre et de la maturité des follicules.

Les critères de déclenchement par Ovitrelle®

  • Présence de un ou deux follicules >17 mm
  • Un taux d’Estradiol compris entre 200 et 300pg/ml par follicule mûr

Les critères d’annulation ou déprogrammation du cycle

  • Présence > 2 deux follicules mûrs
  • Présence d’un taux d’estradiol > 700 pg/ml
    Ces critères ne sont pas opposables mais s’inscrivent dans la politique de chaque centre et le guide des bonnes pratiques en AMP.
    (Ceci pour éviter tout risque de grossesse multiple ou d’hyperstimulation des ovaires particulièrement fréquent pour les ovaires microplykystiques.)

Les risques de complication : grossesse multiple et hyperstimulation ovarienne

Les complications de la stimulation ovarienne hormonale sont principalement le risque de grossesse multiple et plus rarement d’hyperstimulation ovarienne. Effectivement il est beaucoup plus difficile de contrôler le nombre de follicules qui ovulent que le nombre d’embryons mis dans l’utérus lors d’une FIV. Le risque de grossesse multiple est donc plus élevé aujourd’hui par stimulation ovarienne hormonale simple que par FIV. C’est pour cela qu’il n’est pas conseillé de déclencher l’ovulation au-delà de deux follicule mâtures et de bien surveiller le cycle par échographie et prise de sang.

Les taux de réussite

Les résultats sont de 10 à 15% par cycle. La stimulation ovarienne simple peut se réaliser plusieurs mois consécutifs (en l’absence de kyste ovariens) et nécessite un monitorage du cycle pour éviter les grossesses multiples. Le plus souvent une série de six à huit cycles est proposé avant de parler d’échec et d’envisager une autre prise en charge...

Elles témoignent de leur expérience avec ORIUS, solution à l’infertilité

Créé par la Psychologue Comportementaliste et cognitiviste spécialiste de l’infertilité Valérie Grumelin Halimi, la Méthode ORIUS (Originel Regression Intra Uterin Stimulation) propose de vous réconcilier avec la fertilité, pour vous permettre de realiser votre rêve de parentalité.

La Méthode ORIUS, solution à l’infertilité

Développée par la psychologue comportementaliste et cognitiviste spécialisée dans les blocages conscients et/ou inconscients du cerveau Valérie Grumelin Halimi, la Méthode ORIUS est également connue sous le nom de Rebirth Intra utérin. ORIUS permet le dénouement et le soulagement de maux psychologiques, physiques et énergétiques.

Pertes vaginales, infertilité et grossesse : Mycose ou Vaginose, quelle différence ?

Toutes les deux entraînent des pertes vaginales altérant la fertilité, mais aussi la qualité des relations sexuelles. Bien que la mycose ou la vaginose ne soient pas des maladies sexuellement transmissibles, les rapports sexuels peuvent favoriser leur survenue d’une vaginose par un phénomène mécanique, ou d’alcalinisation du vagin par le sperme (alcalin).

Toutes nos actualités