Vous êtes ici » fr » Rebirth intra utérin » Le taux de réussite

Les taux de réussite de la méthode gynéco-psy contre l’infertilité inexpliquée

Mise au point par la psychologue comportementaliste Valérie GRUMELIN et la gynécologue endocrinienne Véronique BIED DAMON, la méthode gynéco psy permet de lever les blocages de la grossesse. Quels taux de réussite offre cette nouvelle prise en charge de l’infertilité ?

Méthode gynéco psy : les taux de réussite

Sur une année d’observation de 2015-2016 : 35/82 (42,6%) ont démarré une grossesse versus 57/212 (26,8%) dans notre population de référence en AMP ce qui est trés encourageant et a donné lieu à la présentation d’un poster à la FFER en septembre 2016 à Paris .
On observe une "tendance" à l’amélioration du taux de grossesse (p= 0,065).
Une étude scientifique randomisée est en cours pour voir si cette tendance est significative et valider ces premiers résultats

Infertilité secondaire inexpliquée : le témoignage de Sophie

Heureuse maman d’un petit Timéo né en août, Sophie témoigne de son infertilité secondaire inexpliquée. Jeune trentenaire la tête sur les épaules, bien dans son couple et sans problème de santé particulier, Sophie n’aurait jamais imaginé rencontrer autant de difficultés pour avoir un enfant. Voici son histoire, et comment elle a pu lever le blocage de sa grossesse.

La SÉANCE DE DÉCRYPTAGE de Valérie Grumelin, psychologue spécialiste de l’infertilité

Psychologue comportementaliste spécialisée en Infertilité, la psychothérapeute Valérie Grumelin propose à ses patients une formule intéressante et inédite, une première séance de décryptage permettant de comprendre d’où vient le blocage de grossesse avant de passer à la thérapie comportementale de déblocage.

Post confinement : où en est votre désir d’enfant ?

A l’instar des « fertiles », nombre de couples infertiles voient aujourd’hui leur projets de conception mis à mal, lorsqu’ils ne volent pas en éclats ! Si l’on ne disposent pas à ce jour de statistiques pour appuyer les dommages engendrés par près de deux mois et demi de confinement, les cabinets d’avocats semblent déjà crouler sous les demandes de divorces, tandis que les Centres d’AMP risquent de voir croître le nombre d’abandons de procédures.