Vous êtes ici » fr » Rebirth intra utérin » Témoignages

Méthode gynéco-psy et Rebirth intra utérin : les témoignages

Découvrez le témoignage de patients ayant bénéficier de la méthode gynéco psy et du Rebirth intra utérin en régression EMDR dans le cadre de la prise en charge de leur infertilité inexpliquée.

Annabelle, enceinte 3 mois après son Rebirth : elle témoigne

Le témoignage d’Esther, enceinte après plusieurs échecs de FIV

Sénita témoigne en vidéo des changements à l’issue de son Rebirth

En grande difficulté pour procréer, Amélie parle de son Rebirth

Témoignage de Caroline, patiente épanouie et comblée par son bébé

« Comme le dit l’objet de mon mail "mieux vaut tard que jamais" !
En effet, nous nous sommes rencontrées le 22 janvier 2015 au cabinet du Dr Bied-Damon, à Lyon. Je suivais alors un protocole de FIV pour lequel je venais de faire une ponction d’ovocyte. Depuis je devais vous "donner des nouvelles" quant aux suites de notre rdv.
Les événements se sont enchaînés et me voilà aujourd’hui maman de jumelles de 7 mois 1/2.
Je tenais à vous remercier de m’avoir reçue. J’ai senti à l’issue de notre séance un vrai bien être.
J’ai appréhendé le transfert d’embryon puis ma grossesse dans une réelle sérénité.
votre technique m’a vraiment soulagée et je vous en remercie encore sincèrement.
Navrée de ne pas avoir donné de nouvelles plus tôt. Encore une fois merci. Caroline »

Difficultés à avoir un deuxième bébé : pourquoi l’infertilité secondaires ?

Parents d’un premier enfant, vous êtes nombreux à rencontrer des difficultés à avoir un deuxième bébé. Parfois les bilans de fertilité indiquent un dysfonctionnement, mais bien souvent, nul n’est réellement capable d’expliquer cette situation, appelée infertilité secondaire.

Un test pour le dépistage des signes de l’endométriose ?

L’endométriose, tout le monde en parle et nous sommes nombreuses, au regard des symptômes connus, à nous demander si nous ne serions pas concernées, tel 10% des femmes en âge de procréer.

Infertilité et drogues : les effets du Cannabis, de la Marijuana, cocaïne et héroïne

Contrairement à ce que d’aucuns croient encore, l’âge auquel une femme se décide à procréer est bien loin d’être le seul facteur en jeu dans la réalisation de son désir d’enfant. Marijuana, Cannabis, cocaïne ou d’héroïne amenuisent également considérablement les chances d’attendre un bébé. Drogues et infertilité : le Guide vous éclaire.