Vous êtes ici » fr » Actualités » 7 conseils après insémination artificielle ou transfert d’embryon pour réussir son AMP 

7 conseils après insémination artificielle ou transfert d’embryon pour réussir son AMP 

Que ce soit après une insémination ou un transfert d’embryon, les futures mamans se retrouvent souvent démunies dans leur quotidien, ne sachant quelle attitude adopter pour ne pas compromettre les chances de réussite de la FIV ou de l’IA. Trop souvent le réflexe est de minimiser ses gestes et ses déplacements, de s’économiser au maximum avec le ferme espoir d’éviter une attitude à risque. Mais est-ce vraiment la meilleure solution ? Gynécologue spécialiste de l’infertilité, le Docteur Véronique Bied-Damon a fait le point sur ce qu’il convient de faire, ou non, après une insémination ou un transfert d’embryon.

« »

Après une insémination ou un transfert d’embryon que puis-je faire pour augmenter mes chances de tomber enceinte ?

Les 7 principales questions après un transfert d’embryon ou une insémination

Juste après une FIV ou une IA, vous êtes nombreuses à vous poser cette question : Que puis-je faire, ou ne pas faire, pour augmenter mes chances de grossesse en AMP ? Le Guide de l’infertilité vous donne 7 conseils pour booster les probabilités de tomber enceinte après une insémination ou un transfert d’embryon.

1- L’activité

Après un transfert d’embryon ou une insémination, faut il rester immobile ou allongée pour augmenter vos chances de grossesse ? Non, Il n’en est rien. Rester inactive et faire la chandelle est inutile. Le principe est de mener une vie le plus proche possible de la normale. Marcher, se promener permet d’entretenir une bonne circulation sanguine favorable à l’implantation.

2- La position

Puis je me lever tout de suite après le transfert d’embryon ou l’insémination ? Oui, il n’y a pas de pression dans l’utérus suffisante pour agir sur les spermatozoîdes ou l’embryon. Vous pouvez donc vous relever sans crainte quelques minutes après le geste. Il n’y a aucun risque que l’embryon tombe. Votre position assise ou couchée n’interfère pas sur l’embryon.

3- Le sport

Puis-je faire le sport juste après une FIV ou une insémination artificielle ? Oui : le plus adapté serait la marche à pied. Mieux vaut éviter les sports à secousses qui font pression sur le vente comme l’équitation, le saut à la corde… Le risque est plus au niveau des ovaires (torsion, rupture de kyste liées aux vibrations) que sur l’embryon lui même.

4- L’alcool

Puis-je boire de l’alcool sans risquer un échec de ma FIV ou de mon IA ? L’alcool est déconseillé et même interdit dès le début de toute grossesse. Cependant boire un demi verre de vin très occasionnellement est autorisée. Après un transfert d’embryon ou une insémination, éviter les épices et de boire de l’alcool.

5- Le sexe

Puis-je avoir des rapports sexuels sans compromettre la réussite de l’AMP ? Oui, les rapports sexuels sont autorisés. La seule limite serait des douleurs dans le bas du ventre. Si vous avez mal au ventre après les rapports mieux vaut attendre quelques jours (douleur liée à l’augmentation de volume des ovaires). Ces douleurs peuvent générer des spasmes utérins, à éviter. Sinon les rapports sont bons pour votre organisme et donc l’implantation de l’embryon. Certaines études auraient même suggéré que l’orgasme via les neuromédiateurs, augmenterait les chances de grossesse … d’autres montrent l’inverse. Tout ce qui donne du plaisir est bon pour votre santé.

6- Les voyages

Puis-je prendre tous les moyens de transport ? Oui vous pouvez prendre aussi bien la voiture le train que l’avion. Cependant il paraît logique de ne pas programmer de voyage trop loin en avion pendant la période qui suit un transfert embryonnaire. Effectivement les vols long courrier exposent au rayonnement X. L’impact de ce rayonnement sur embryon est mal évalué. Dans le doute mieux vaut éviter de voyager dans le mois qui suit un transfert embryonnaire…

7- Le travail

Dois-je m’arrêter de travailler après un transfert d’embryon ou une insémination artificielle ? NON. Vous pouvez reprendre votre travail dès le lendemain, sauf en cas de travail physique pénible (femme de ménage, coiffeur, peintre, etc.).

Le mot de la Gynéco

« En conclusion, vous pouvez mener une vie normale en respectant des règles simple d‘hygiène de vie : manger des aliments sains, bien dormir et ne pas fumer ni boire de l’alcool et utiliser chez vous, des produits avec éco label. Vivre "normalement" et vous faire plaisir, de vous détendre. Il est cependant possible qu’ayant été stimulés, vos ovaires soient douloureux. Le cas échéant, il suffit juste de vous ménager un peu et d’attendre avec joie et amour ce potentiel de vie qui est en train de germer en vous. »

Blocage psychologique pour tomber enceinte : quels bénéfices de la solution O.R.I.U.S. sur les patients infertiles ?

Toujours à l’étude, la Méthode O.R.I.U.S. présente des résultats très prometteurs auprès des victimes d’infertilité, quelle qu’en soit la cause. En « débloquant la grossesse », O.R.I.U.S. permet à de plus en plus de couples de procréer. Il est fréquent qu’en concentrant son attention sur un dysfonctionnement physiologique causant l’infertilité, on passe à côté d’un blocage psychologique pour tomber enceinte.

Comprendre son infertilité avec un livre, c’est possible ?

Plus qu’un livre sur l’infertilité, « Mon corps me dit » est un livre audio sur les messages que le corps envoi, et leur compréhension. S’il peut permettre de décrypter les origines émotionnelles d’une infertilité, ce livre publié aux éditions Guy Trédaniel est un ouvrage de développement personnel qui propose une autre approche de la relation corps/esprit.

Tomber enceinte après 40 ans : Comment retarder la ménopause

Afin d’éviter les désagréments associés à cette étape inéluctable, ou dans le but d’augmenter leurs chances de tomber enceinte apres 40 ans, les femmes rêvent de retarder l’échéance de la ménopause. Entre allongement de la durée de vie et amélioration des conditions de santé, la période de fertilité de 40 ans en moyenne devient insuffisante pour bon nombre de femmes qui n’hésitent plus à avoir recours à des traitements dans le but de retarder cette ménopause, voir pour tomber enceinte après 40 ans, âge auquel les chances de procréer tombent à 6% par cycle.