Vous êtes ici » fr » Actualités » L’impact des facteurs environnementaux et psy sur la fertilité et le futur bébé

L’impact des facteurs environnementaux et psy sur la fertilité et le futur bébé

Le Docteur Véronique BIED DAMON s’intéresse particulièrement à l’impact des facteurs environnementaux sur la fertilité du couple et de le futur bébé et participe à de nombreuses conférences et à l’enseignement sur ce thème comme à l’école d’infirmières

L’empreinte psychique et environnementale conditionnent le fœtus, son génome, sa santé future et en particuliers son futur potentiel procréatif. Tous ces polluants nous envahissent silencieusement et interfèrent sur notre santé. En tant que professionnel de la santé, c’est de notre devoir d’informer et de proposer des recommandations par principes de précaution afin de préserver ce qu’il y a de plus beau : la vie et notre espèce qui pourrait, si on n’y prend pas garde, se "stériliser".

Infertilité secondaire inexpliquée : le témoignage de Sophie

Heureuse maman d’un petit Timéo né en août, Sophie témoigne de son infertilité secondaire inexpliquée. Jeune trentenaire la tête sur les épaules, bien dans son couple et sans problème de santé particulier, Sophie n’aurait jamais imaginé rencontrer autant de difficultés pour avoir un enfant. Voici son histoire, et comment elle a pu lever le blocage de sa grossesse.

La SÉANCE DE DÉCRYPTAGE de Valérie Grumelin, psychologue spécialiste de l’infertilité

Psychologue comportementaliste spécialisée en Infertilité, la psychothérapeute Valérie Grumelin propose à ses patients une formule intéressante et inédite, une première séance de décryptage permettant de comprendre d’où vient le blocage de grossesse avant de passer à la thérapie comportementale de déblocage.

Post confinement : où en est votre désir d’enfant ?

A l’instar des « fertiles », nombre de couples infertiles voient aujourd’hui leur projets de conception mis à mal, lorsqu’ils ne volent pas en éclats ! Si l’on ne disposent pas à ce jour de statistiques pour appuyer les dommages engendrés par près de deux mois et demi de confinement, les cabinets d’avocats semblent déjà crouler sous les demandes de divorces, tandis que les Centres d’AMP risquent de voir croître le nombre d’abandons de procédures.