Vous êtes ici » fr » Actualités » Le couple et la PMA : quoi de neuf en 2017 ?

Le couple et la PMA : quoi de neuf en 2017 ?

En 2017 la PMA (procréation médicalement assistée) ou AMP (assistance médicale à la procréation) fait débat dans plusieurs pays tels que la France. Les élections présidentielles ont apporté leur lot d’avis, de propositions et autres projets de loi. Certaines techniques de PMA sont en 2017 toujours interdites par de nombreux pays dont la France. En 2017, l’infertilité masculine et féminine sont considérées comme un véritable traumatisme pour bon nombre de couples qui ont recours à la PMA.

Ce qu’il faut savoir sur la procréation médicalement assistée

L’âge, l’environnement, les choix de vie et la fertilité

La procréation médicalement assistée passionne plus que jamais la science et la société, et est depuis plusieurs années au cœur du débat politique. En 2017 la PMA (procréation médicalement assistée) tend petit à petit à s’adapter aux normes sanitaires et sociales modernes. Nos choix de vie, nos rythmes et hygiènes altèrent notre santé, à commencer par nos capacités à procréer, pour aboutir à l’infertilité. Notre réussite passant essentiellement par une carrière professionnelle prospère, nous avons tendance à songer à devenir parent de plus en plus tard. Or, nous savons que l’âge avançant, notre fertilité diminue. Notre confiance en la médecine et ses progrès fulgurants du 21e siècle, notamment l’aide médicale à la procréation, appuient cette volonté pour de nombreux couples de prendre le temps pour devenir parents.

Cette année en France, 3% de naissances par procréation médicalement assistée

C’est en cela qu’en 2017, la PMA se doit d’être efficace tout en préservant la santé de la mère et du bébé à venir. On compte à 3 % le nombre de naissances survenues en France grâce à l’Aide Médicale à la Procréation en 2017. De plus, les travaux sur l’AMP s’axent essentiellement sur un choix plus rigoureux des gamètes à féconder, des embryons à sélectionner, de savoir précisément évaluer les périodes les plus propices à l’ovulation mais également sur les mécanismes de l’infertilité. Cela afin de diminuer le nombre d’essais de Procréation Médicalement Assistée et par conséquent, d’altérer le moins possible la psychologie du couple désireux de faire un enfant, mais aussi et surtout la santé du futur bébé ainsi que celle de la maman. Toutefois, les débats en terme de bioéthique sont un véritable enjeu, pour les professionnels de santé comme pour les couples. Qu’en est-il de la PMA en 2017 ?

Le couple et la PMA en 2017 

Les évolutions de la PMA en 2017 et au-delà

Éthique, moral et santé : la PMA en 2017

Une nette progression des lois est constatée concernant la procréation médicalement assistée (PMA) en 2017. S’ajoute à cela une évolution de l’opinion publique. Pour autant, les débats n’ont jamais été aussi passionnés que ces dernières années. En effet, la PMA reste en 2017 un sujet épineux tant pour les normes sociales que pour la bioéthique. Les deux favorites de l’aide médicale à la procréation que sont La FIV et l’insémination artificielle ont leurs limites en France, selon l’âge de la patiente par exemple. L’homosexualité féminine ou la monoparentalité sont également des motifs de refus d’accès à la Procréation médicalement assistée. Mais chez nos voisins espagnols ou belges, nombreux sont les couples ayant recours à la PMA en 2017 !

Le Comité Consultatif National d’éthique et la Procréation médicalement assistée 

Aujourd’hui les débats autour de la PMA (procréation médicalement assistée) passionnent les chercheurs, les politiques mais également la société. Depuis la loi Taubira concernant le mariage pour tous, les politiques, la communauté scientifique et les comités d’éthique tendent à faire évoluer les lois concernant la Procréation médicalement assistée. Au printemps de cette année, le CCNE (Comité Consultatif National d’éthique) souhaite rendre des conclusions ou tout le moins un avis. Cela en raison notamment des débats moraux, sanitaires, bioéthiques et religieux concernant la PMA qui, en 2017, continuent à faire l’actualité.

Que dit la loi française ?

La bioéthique ayant ses limites, nos lois françaises relatives à la PMA interdisent formellement la Gestation Pour Autrui (GPA) au nom du principe d’indisponibilité du corps humain. Mais compte tenu des multiples demandes, le statut des femmes porteuses doit trouver des points d’équilibre. En 2017, la discussion autour de ce procédé de PMA est toujours aussi complexe et passionnant.

Vers la parentalité pour tous ?

Néanmoins, dans cette perpétuelle démarche de l’égalité pour chacun, il est essentiel de porter la discussion afin de tirer le meilleur pour tous : la priorité étant toujours l’intérêt de l’enfant à venir. Malgré la reconnaissance de l’union des couples homosexuels, leurs possibilités quant à devenir parents sont très limitées en France. Pour cette raison, nombreux sont les couples qui partent à l’étranger (Belgique ou Espagne) pour avoir recours à la procréation médicalement assistée. En effet, que ce soit un problème lié à l’âge ou à l’homosexualité, les comités d’éthique, les responsables politiques mais également la communauté médicale et scientifique s’attèlent à trouver le juste milieu. Cela en prenant garde à ne négliger personne (l’égalité pour tous) sans pour autant se départir de la morale ni de l’aspect sanitaire.
Quant à l’éthique, à l’instar du clonage médical ou expérimental, il s’agit de faire preuve d’une grande vigilance afin que les avancées scientifiques n’altèrent en rien la nature humaine dans son essence, ni même la dignité humaine.


Et le Président Macron, qu’en pense-t-il ?

Voici ce qu’a récemment déclaré le nouveau Président français au sujet de la PMA :
« Ma conviction personnelle est qu’il faut étendre la PMA, au nom de l’égalité hommes femmes et du droit à l’accès à une prestation médicale, avait ainsi précisé Emmanuel Macron. Mais je respecterai l’avis attendu du Comité consultatif national d’éthique et regarderai aussi l’état de la société et des débats qui s’y jouent pour agir de manière apaisée. »

Elles témoignent de leur expérience avec ORIUS, solution à l’infertilité

Créé par la Psychologue Comportementaliste et cognitiviste spécialiste de l’infertilité Valérie Grumelin Halimi, la Méthode ORIUS (Originel Regression Intra Uterin Stimulation) propose de vous réconcilier avec la fertilité, pour vous permettre de realiser votre rêve de parentalité.

La Méthode ORIUS, solution à l’infertilité

Développée par la psychologue comportementaliste et cognitiviste spécialisée dans les blocages conscients et/ou inconscients du cerveau Valérie Grumelin Halimi, la Méthode ORIUS est également connue sous le nom de Rebirth Intra utérin. ORIUS permet le dénouement et le soulagement de maux psychologiques, physiques et énergétiques.

Pertes vaginales, infertilité et grossesse : Mycose ou Vaginose, quelle différence ?

Toutes les deux entraînent des pertes vaginales altérant la fertilité, mais aussi la qualité des relations sexuelles. Bien que la mycose ou la vaginose ne soient pas des maladies sexuellement transmissibles, les rapports sexuels peuvent favoriser leur survenue d’une vaginose par un phénomène mécanique, ou d’alcalinisation du vagin par le sperme (alcalin).

Toutes nos actualités