Vous êtes ici » fr » Actualités » Avantages allaitement maternel Vs biberon : quelles différences pour bébé ?

Avantages allaitement maternel Vs biberon : quelles différences pour bébé ?

Vous nourrissez le projet d’avoir un bébé et la question de son alimentation vous préoccupe ? Voici pourquoi les avantages de l’allaitement maternel versus le biberon sont aujourd’hui indéniables, grâce notamment aux nombreux travaux de recherche scientifique menés ces dernières décennies. Depuis l’aube de l’humanité, la production du lait maternel est naturellement présente dès l’accouchement sous forme du colostrum, puis la montée de lait se fait 2 à 3 jours après l’accouchement. Ce lait qui se transforme et répond aux besoins évolutifs du nourrisson, est l’alimentation privilégiée qui a permis aux femmes de nourrir et protéger leurs bébés des risques sanitaires depuis toujours. En quoi l’allaitement maternel est-il plus bénéfique que le biberon ? Quelles différences pour bébé ? Et pourquoi tant de mères continuent à nourrir leur enfant au biberon ?

Les avantages de l’allaitement maternel versus biberon : les impostures de l’industrie laitière

Au détriment de l’allaitement maternel, le lait artificiel a fait son apparition en France et dans les pays développés au tout début du vingtième siècle. L’industrie laitière mène dès lors des campagnes massives et agressives visant à inciter les jeunes mères à donner le biberon aux dépens de l’allaitement maternel. Pourtant les avantages aujourd’hui incontestables de l’allaitement maternel versus le biberon apportent de réelles différences pour bébé, tant pour sa santé que pour son développement.

Ces avantages de l’allaitement maternel que n’aura jamais un biberon

L’allaitement maternel : quels avantages et différences pour bébé ?

Les avantages de l’allaitement maternel versus le biberon apportent des différences significatives sur la santé de bébé, son développement physiologique mais également cognitif. Nonobstant les innombrables critiques que reçoivent les mères allaitantes depuis longtemps, le constat est sans appel : l’allaitement maternel est associé à une croissance saine et équilibrée de bébé.

En effet, on peut affirmer aujourd’hui qu’un bébé nourri au sein bénéficie de tous les nutriments nécessaires à chaque étape de sa croissance :
• Système de défenses immunitaires développées. L’enfant allaité résiste mieux aux maladies infectieuses.
• Les dispositifs immunologiques présents dans le lait maternel s’opposent à la prolifération microbienne
• L’allaitement maternel favorise la bonne digestion grâce à un taux élevé de lactose, une faible concentration protéique et une basse teneur en phosphore
• Prévention contre l’obésité, les allergies les troubles comportementaux et neurologiques
• Fortification du système cardiaque et du développement cognitif, etc.
• Le lien entre le bébé et sa mère est prolongé, c’est une manière de ne pas rompre la fusion utérine trop vite et de permettre au bébé d’y trouver son compte émotionnel
• Le regard qu’il trouve alors dans les yeux de sa mère est magique et empli d’amour durant la tétée

Les bénéfices pour la mère

L’allaitement maternel versus le biberon présente également des avantages pour la mère. Les nombreuses études démontrent que l’allaitement maternel diminue les risques de cancer du sein, des ovaires et de l’utérus. Il diminue également les risques d’ostéoporose à la post-ménopause. De plus l’allaitement peut se révéler être un contraceptif naturel car la mère qui allaite reste en aménorrhée généralement tant que le nombre de tétées est supérieure à 3 par jours (élévation de la prolactine qui bloque l’ovulation).

La meilleure alimentation pour bébé : l’allaitement, même lorsque maman est fumeuse

La composition du lait maternel lui confère des vertus que jamais le lait de vache, même enrichi n’égalera. Anticorps, interféron, taurine, oméga 3, facteurs de croissance neurotrophiques oligopeptiles, fer et autres zinc : il est fascinant de voir à quel point le lait éternel répond aux besoins du nourrisson. Grâce aux nombreux progrès de la médecine et à l’évolution culturelle de nos sociétés, les femmes allaitantes sont de plus en plus nombreuses et le regard sur ces dernières s’est nettement amélioré. On constate ainsi que les professionnels (sages-femmes, gynécologues, etc.) sont toujours mieux formés pour inciter les femmes à l’allaitement maternel plutôt qu’à nourrir bébé au biberon. Dans cette continuité, certaines associations vont encore plus loin afin de soutenir les femmes fumeuses à nourrir leur bébé au sein. En effet, en dépit des nombreux dangers du tabagisme, il est désormais prouvé que la composition du lait de la mère fumeuse est incontestablement meilleure que celle du lait industriel. Toutefois, il est recommandé à ces femmes de prendre certaines mesures de précautions. Il existe de nombreuses associations dont l’approche pédagogique peut être un véritable leitmotiv pour toutes ces femmes fumeuses sujettes aux préjugés ou à une autocritique parfois infondée. Elles sauront que même en étant fumeuses, pour bébé la différence de l’allaitement maternel versus le biberon, est considérable. Découvrez davantage d’informations ici.

Les lactariums

Depuis plusieurs années, fleurissent en France les lactariums. Ces centres ont pour rôle de collecter le lait en surplus des mères allaitantes afin de le redistribuer dans les services de néo natalité des hôpitaux, et ainsi en faire bénéficier les bébés nés prématurés ou ayant des problèmes de santé. Les lactariums témoignent également de ce que l’allaitement maternel est incomparable au biberon et demeure bénéfique au bon développement et à la bonne santé du nourrisson. Ces centres fournissent également du lait maternel aux mères ne pouvant allaiter mais dont le bébé présente des intolérances au lait artificiel. Pour davantage d’informations sur les lactariums, rendez-vous sur le site des Lactariums de France (ADLF) en cliquant ici.

Un liant sensoriel entre bébé et maman

Outre l’aspect nutritif et sanitaire de l’allaitement maternel, il existe un facteur primordial pour le bon développement du nourrisson : la nourriture affective. Cette dernière, très étudiée, est mise en lumière depuis plusieurs années. Les femmes qui nourrissent leur bébé au sein le savent parfaitement, un lien unique se crée entre la mère et son enfant. En effet, pendant que la mère allaite, elle produit l’hormone de l’attachement (la même qui se libère au moment de l’accouchement) : l’ocytocine, socle du maternage. Ce lien ancestral appelé aussi liant sensoriel, est tout simplement vital pour le bébé, qui, en l’absence de nourriture affective, ne tiendrait pas ses promesses génétiques tel que le rappelle l’éminent neuropsychiatre Boris Cyrulnik.

L’industrie laitière : des propagandes illégitimes

Il était une fois le lobbying…du biberon
Le lait industriel ou lait infantile a fait son apparition au tout début du vingtième siècle. A cette époque, les femmes mouraient très souvent en couche. Certains bébés étaient allaités par des nourrices, mais ces dernières n’étaient pas en nombre suffisant pour nourrir tous ces bébés orphelins. De plus, il fallait faire face à la recrudescence de la mortalité infantile. Par conséquent, il devenait urgent de trouver une solution efficace et radicale capable d’éradiquer ce phénomène de mortalité massive, dû le plus souvent à la malnutrition infantile. C’est ainsi qu’en 1908, Maurice Guigoz, un industriel suisse met au point le premier lait pour bébé fabriqué à partir de sécrétions bovines. L’industrie laitière est née.

Les impostures de l’industrie laitière

Ayant très vite permis d’éradiqué la mortalité infantile, cette alternative au biberon à l’allaitement maternel rencontre alors un succès sans pareil et l’industrie laitière devient un marché juteux pour l’économie française (et celle de tous les pays développés). De nombreuses autres firmes emboitent le pas à Guigoz et à travers des publicités offensives, elles se donnent pour cible à abattre, les mères allaitantes, allant parfois jusqu’à proférer des calomnies à travers des argumentaires mensongers. Le lobby laitier à travers le biberon, a fait la main basse à l’allaitement maternel en donnant de fausses informations sur les différences pour bébé, son bon développement et sa santé. Ainsi, des sociétés telles que Nestlé vont jusqu’à envahir les maternités, tenter parfois de corrompre les praticiens, et développer l’agriculture intensive.

Aujourd’hui encore, il est difficile de s’affranchir du lobby laitier tant une part importante de l’économie en dépend. Le tournant se fait doucement, à travers l’information, les innombrables campagnes de sensibilisation menées à l’issue d’études scientifiques, ainsi que les nombreuses associations en faveur de l’allaitement maternel. De plus, la parole se libère et les femmes semblent fermement décidées à revendiquer leur droit d’être mère et femme, tel qu’elles le décident, et non tel que la société (au nom du lobbying) le leur impose. Il s’agit maintenant d’éviter que les mères qui, en dépit des bénéfices indéniables de l’allaitement maternel, nourrissent leur enfant au biberon, ne soient victimes du jugement de la société à leur tour. Certaines femmes sont dans l’incapacité d’allaiter (SIDA, tuberculose, galactosémie du nourrisson, etc.), toutes les histoires sont différentes et les motivations maternelles le sont tout autant.

Il s’agit d’un choix personnel qu’il convient de respecter.

Sources :
Nofi.fr
OMS
Info-allaitement.org

Gynécologue spécialiste infertilité, découvrez le Dr Véronique Bied Damon

Co-auteur de la Méthode Gynéco Psy avec Valérie GRUMELIN HALIMI, le Docteur Véronique BIED DAMON est une gynécologue endocrinienne spécialiste de la reproduction, de l’infertilité et de l’AMP. Également co-auteur du Guide de l’infertilité, elle a accepté de répondre à quelques questions.

Petite taille du pénis Vs. infertilité & stérilité masculine

Si la Science n’avait jusqu’ici jamais fait le rapprochement entre l’infertilité chez l’homme et la taille du pénis, une étude publiée récemment pourrait bien changer la donne. Une équipe de chercheurs américains vient en effet d’émettre l’hypothèse de sa responsabilité, dans certains cas.

Quelles sont les causes de l’infertilité homme & femme ? Zoom sur la fertilité du couple en 2018

Un couple sur six est amené à consulter parce qu’il ne parvient pas à procréer. Pour 40% de ces couples infertiles, l’homme et la femme présentent TOUS LES DEUX des signes d’infertilité empêchant la procréation. D’après les dernières études faites sur le sujet, il semblerait que la fertilité du couple soit en déclin en France... Pourquoi ?