Vous êtes ici » fr » Actualités » Don de gamètes : comment devenir donneur de sperme ou donneuse d’ovocyte ?

Don de gamètes : comment devenir donneur de sperme ou donneuse d’ovocyte ?

Le don de gamètes est une solution à l’infertilité, qui dans le cadre de l’Aide Médicale à la Procréation (AMP), aide plus de 3500 couples chaque année en France à mettre un, et parfois même plusieurs enfants au monde. La rigueur de la réglementation française sur le sujet freine ainsi nombre d’hommes et de femmes souhaitant franchir le pas. Quelles sont les conditions pour devenir donneur de sperme ou donneuse d’ovocytes ? Comment faire don de ses gamètes ? A quel CECOS s’adresser ?

Qu’est-ce qu’un don de gamètes ?

Un recours anti infertilité !

Acte dit de solidarité, le don de gamètes concerne les couples en âge de procréer qui rencontrent des problèmes d’infertilité. Ces couples y ont recours lorsque les gamètes de l’un ou l’autre sont indisponibles :

  • de par l’absence de spermatozoïdes (azoospermie) ou l’absence d’ovocytes (insuffisance ovarienne),
  • parce que les gamètes de l’homme ou de la femme sont susceptibles de transmettre une maladie génétique grave au futur enfant.

L’anonymat, la gratuité et le libre consentement

En France, le don de gamètes repose sur 3 conditions, issues de la loi bioéthique : l’anonymat, la gratuité et le libre consentement. On appelle donc “don de gamètes” le droit de faire don de ses ovocytes ou de ses spermatozoïdes dans le but d’aider un couple à concevoir.

Les conditions générales au don de gamètes

Pour devenir donneur de sperme ou donneuse d’ovocytes, le donneur ou la donneuse devra donc respecter plusieurs conditions :

1. Être en bonne santé

Pour avoir le droit de faire don de ses spermatozoïdes ou de ses ovocytes, le donneur ou la donneuse devra avoir entre 18 et 37 ans pour une femme, et entre 18 et 45 ans pour un homme. Il devra également s’engager à respecter les 3 conditions énoncées dans la loi bioéthique :

2. Respecter l’anonymat

Aucune filiation ne peut être établie entre le donneur de spermatozoïdes ou la donneuse d’ovules et l’enfant issu du don.

3. Être un acte gratuit

Deuxième condition pour faire un don de gamètes : la gratuité. Le donneur ou la donneuse s’engage à respecter la gratuité de l’acte, pour lequel il ou elle ne percevra aucune rémunération puisque le don est un acte de solidarité. A savoir que les frais médicaux, les éventuels frais de transport ou d’hébergement seront pris en charge pour les femmes donneuses d’ovocytes du fait de la fréquence des contrôles avant le don.

4. Donner son libre consentement

Dernière condition pour donner son sperme ou ses ovules : avoir le libre consentement. Celui-ci s’exprimera par l’intermédiaire d’un formulaire de consentement que le donneur ou la donneuse s’engagera à signer lors du don de gamètes. Le conjoint ou la conjointe devra également signer ce document.

Comment devenir donneur de sperme ou donneuse d’ovocytes ?

Devenir donneur de sperme, oui mais comment ?

Pour devenir donneur de sperme, je dois donc être en bonne santé et avoir entre 18 et 45 ans. La démarche se déroule au sein des CECOS (Sigle de centre d’étude et de conservation des œufs et du sperme humains.
) présents dans chaque region.

La procédure pour faire un don de gamètes se déroule en 5 étapes :

1. Un entretien préliminaire d’information et de consentement

Pour commencer, je devrais passer un entretien avec l’équipe médicale du centre de don (CECOS) que j’aurais choisi pour donner mes spermatozoïdes.
Ce premier entretien sert à me donner toutes les informations dont je vais avoir besoin pour faire mon don en connaissance de cause. A l’issue du rendez-vous, je signe le formulaire de consentement avec ma conjointe pour débuter les examens médicaux nécessaires pour que je puisse donner mon sperme.

2. La réalisation d’examens médicaux basiques

Deuxième étape : la réalisation de rapides examens médicaux pour que l’équipe puisse s’assurer de mon état de santé et connaître mes antécédents pour écarter tout risque de transmission au futur enfant.

3. Un entretien avec un psychologue

Dernière étape préliminaire : l’entretien avec un psychologue du centre médical. Cet entretien a pour but de cerner mes motivations à devenir donneur de sperme, pour que le spécialiste puisse s’assurer que je comprends bien ce que ce don de gamètes masculines implique.

4. Le prélèvement des spermatozoïdes

Une fois ces étapes franchies, le don de gamètes a lieu par masturbation au centre médical (CECOS) après 3 à 5 jours sans rapport sexuel pour favoriser la concentration maximale des spermatozoïdes. Comment devenir donneur de sperme ? En étant capable d’abstinence durant au moins 3 jours ! Une fois le premier don de gamètes mâles validé, un deuxième a lieu, qui sera ensuite recueilli puis conservé dans de l’azote liquide.

5. Un entretien final 6 mois après le don

Environ 6 mois après mon acte, un dernier examen médical me sera demandé afin de contrôler mon état de santé avec la réalisation d’une prise de sang. Une fois celle-ci validée, mon don de sperme pourra être utilisé.

Comment faire lorsque l’on est certain de vouloir devenir donneur de spermatozoïdes ?

L’Agence de Biomédecine propose un site totalement dédié au don de gamètes masculines.

Il vous suffit d’entrer votre code postal dans le champs de recherche prévu à cet effet et l’outil vous présente les Centres de Don de gamètes dans lesquels vous êtes autorisé à vous rendre.

Comment devenir donneuse d’ovocytes ?

La procédure pour devenir donneuse d’ovocytes est sensiblement la même que pour devenir donneur de sperme mais implique plus de disponibilité du fait des traitements nécessaires similaires à la FIV .

Pour rappel, je peux donner mes ovocytes si j’ai entre 18 et 37 ans et que je bénéficie d’un bon état de santé.

1. L’examen gynécologique

Le bilan médical sera contrairement à la procédure pour devenir donneur de sperme suivi d’une consultation gynécologique afin de vérifier le bon fonctionnement de mes ovaires et de pouvoir dialoguer avec le médecin anesthésiste qui m’informera sur la procédure de don d’ovocytes.

2. La phase de stimulation des ovaires

Avant la réalisation du prélèvement, une phase de stimulation des ovaires est prévue. Je peux réaliser celle-ci moi-même ou avec l’aide d’une infirmière. Elle consiste en l’injection sous-cutanée d’hormones administrée quotidiennement pour me permettre de maximiser les chances d’avoir un nombre d’ovocytes matures optimal pour le don (entre 5-15 ovocytes). Pendant la stimulation, je dois réaliser plusieurs prises de sang, complétées ou non d’échographies afin de vérifier l’évolution et pouvoir ajuster la procédure si besoin.

3. Le prélèvement, la phase ultime pour devenir donneuse d’ovocytes

Réalisé à l’hôpital dans le centre AMP agréé pour le don, le prélèvement des ovocytes pour le don a lieu environ 35h après la dernière injection sous anesthésie locale ou générale par voie vaginale et sous échographie. Cette dernière étape ce déroule en ambulatoire sur une demie journée, avec un prélèvement rapide de 10 minutes suivi d’une période de repos. Vous vous demandiez comment devenir donneuses d’ovocytes ? Le don de ses gamètes requière un peu de patience et de disponibilité.

Si je n’ai pas encore eu d’enfant, je pourrai conserver une partie des ovocytes (à définir avec le gynécologue en lien avec le Cecos), qui me serviront plus tard si je suis confrontée plus tard à des problèmes de fertilité.

Comment faire et qui contacter pour faire un don de gamètes féminine ?

L’Agence de Biomédecine propose un site totalement dédié au don de gamètes féminines.

Tel que le ferait un donneur de sperme, il vous suffit d’entrer votre code postal dans le champs de recherche prévu à cet effet et l’outil vous présente les Centres de Don d’ovocytes dans lesquels vous êtes autorisée à vous rendre.

LES CECOS

Un CECOS est un Centre d’Étude et de Conservation des Oeufs et du Sperme humains.

Pour effectuer un don de gamètes, voici l’adresse digitale à laquelle vous retrouverez toutes les infos sur les CECOS.
Vous recherchez le CECOS attaché à votre ville ? Découvrez en 1 clic l’annuaire des CECOS en France.

Tomber enceinte après 40 ans : Comment retarder la ménopause

Afin d’éviter les désagréments associés à cette étape inéluctable, ou dans le but d’augmenter leurs chances de tomber enceinte apres 40 ans, les femmes rêvent de retarder l’échéance de la ménopause. Entre allongement de la durée de vie et amélioration des conditions de santé, la période de fertilité de 40 ans en moyenne devient insuffisante pour bon nombre de femmes qui n’hésitent plus à avoir recours à des traitements dans le but de retarder cette ménopause, voir pour tomber enceinte après 40 ans, âge auquel les chances de procréer tombent à 6% par cycle.

Le point sur le manque de gynécologues par le Dr Bied Damon, spécialiste fertilité & infertilité

En 2018, la France comptait 1054 gynécologues médicaux, soit un nombre tristement insuffisant puisqu’il conduit à une proportion de 3 gynécos pour 100 000 femmes en âge de procréer.

Le témoignage de Lyne, infertile et enceinte à 49 ans

Active et pleine de vie, Lyne a vécu sa vie de jeune femme à 100 à l’heure, avec en filigrane toujours présent, le projet de fonder une famille. Cela viendrait naturellement, il suffisait de faire confiance à la vie pour trouver son Homme, celui qui deviendrait le père de ses enfants.