Vous êtes ici » fr » Actualités » Le témoignage de Lyne, infertile et enceinte à 49 ans

Le témoignage de Lyne, infertile et enceinte à 49 ans

Active et pleine de vie, Lyne a vécu sa vie de jeune femme à 100 à l’heure, avec en filigrane toujours présent, le projet de fonder une famille. Cela viendrait naturellement, il suffisait de faire confiance à la vie pour trouver son Homme, celui qui deviendrait le père de ses enfants. Schéma classique pour objectif on ne peut plus commun. Seulement voilà, pour Stéphanie les choses ont été bien loin d’être simples. Aujourd’hui, elle témoigne de son infertilité, et de son parcours pour parvenir enfin, à fonder une famille.

C’est l’histoire d’une femme qui voulait une famille…

Une rencontre tardive, un désir commun d’avoir un enfant

Tout d’abord, le Prince Charmant a pris son temps. Lyne avait 41 ans lorsqu’il est entré dans sa vie. Lui, déjà père d’un grand garçon, en avait alors 46. Très épris et encore relativement jeunes, ils ont tout de suite su qu’ils désiraient avoir un enfant ensemble.
Après quelques temps passé à construire le nid qui accueillerait le fruit de leur amour, Lyne décida d’arrêter la pilule. Elle avait 42 ans. Au départ ils faisaient l’amour sans y penser spécialement. Aussitôt, Lyne est tombée une première fois enceinte, naturellement, spontanément.

Des fausse-couches à répétition

Mais le bonheur du couple fût de courte durée puisque la grossesse s’interrompît brutalement au bout de quelques semaines. Fausse couche ovulaire ont-ils dit. Qu’à cela ne tienne, après tant d’années passées « sous pilule », il fallait sans doute que le corps reprenne ses marques, que le cycle retrouve un cours naturel… rien de préoccupant !
Nouvelle grossesse, nouvelle fausse-couche. Puis une troisième, et une suivante. Ces fausse-joies n’ont jamais entamé son désir d’être mère, ni même son espoir de parvenir un jour à procréer. Mais voilà, entre ménopause et andropause, « on a pas toute la vie » pour ce faire.

Le temps des consultations gynécologiques

Des bilans de fertilité encourageants

Lyne se décida à consulter un gynécologue. Tout comme ceux de son compagnon, les résultats de son Bilan de fertilité ne laissaient aucun doute possible sur la bonne santé de son système reproducteur. « Combien de jeunes femmes de 20 ans rêveraient d’avoir de tels résultats » avait même commenté le gynécologue. Pas non plus de piste anatomique pour expliquer pourquoi ces fausse-couches ovulaires à répétition. Lyne entrait donc dans la catégorie de l’infertilité inexpliquée.

Après les fausse-couches, le blocage de grossesse

Pas évident d’accepter une infertilité lorsqu’on ne la comprend pas. Tellement difficile, qu’à partir de ce moment-là, elle ne tomba plus enceinte. Terminé. Au-delà de la capacité d’un éventuel embryon à s’installer durablement dans son utérus, il n’y avait plus de fécondation… Les spermatozoïdes de son compagnon ne prenaient même plus la peine de rencontrer ses ovocytes. Ovulait-elle seulement encore ?

Le parcours PMA, un douloureux souvenir

Direction l’Espagne

L’expérience de la Procréation Médicalement Assisté

En désespoir de cause, et parce que c’est le parcours classique des couples infertiles, Lyne se résolu à envisager la PMA. Elle avait alors 44 ans. La médecine française la considérant « trop vieille » pour bénéficier d’une Aide Médicale à la Procréation, elle se rendit dans un Centre de PMA en Espagne, afin d’y suivre un traitement de stimulation hormonale destiné à favoriser l’implantation d’un futur petit embryon. Elle gardera un souvenir amère de l’accueil glacial qui lui fût réservé. Du fait de son âge peut-être ?

Toujours pas enceinte et bientôt 49 ans

Piqûres après piqûres, Lyne n’en revenait pas de se trouver dans pareille situation, et doutait intimement que la PMA en général, et la stimulation d’ovaires en particulier, soient la solution à son problème d’infertilité. Afin de mettre toutes les chances de leur côté, son compagnon opta pour la congélation de son sperme, « au cas où ». Le couple pris la décision de mettre fin à l’expérience, pour se diriger à nouveau vers un gynéco. Ils choisiraient cette fois-ci un « ponte » reconnu pour ses compétences en matière d’infertilité.

Retour à la case départ

Lyne se senti de suite à l’aise avec ce nouveau médecin providentiel faisant preuve d’une empathie peu commune chez les « Docteurs ». Il était compétent, à ne pas en douter. S’il connaissait par cœur son travail, n’ignorait plus rien du système reproductif et ne ménageait pas ses efforts pour permettre aux couples infertiles de concevoir des enfants, cela ne fût pas suffisant pour Lyne. Le problème était ailleurs et plus les années passaient, plus elle le percevait.

Le déclic, la rencontre

Le jour où…

Un jour, elle se mit à effectuer des recherches sur internet, en quête d’informations sur l’infertilité, et l’infertilité dite inexpliquée en particulier. Ce n’était pas n’importe quel jour, c’était l’anniversaire de son père. Elle y verrait plus tard comme un signe…
Tombée sur le site de psychologie de Valérie Grumelin, elle en parcouru les articles avant de décider de prendre rendez-vous avec la spécialiste de la fertilité, celle qui passait sur les plateaux TV pour expliquer les aspect psychologiques et émotionnels de l’infertilité. Car bien qu’elle ne saisissait pas les raisons de ses difficultés à concevoir un bébé, elle sentait que quelque chose la bloquait, empêchant son rêve de maternité d’aboutir à une naissance.

La 1ière consultation gynéco-psy, une prise de conscience

Elle put de suite profiter d’une prise en charge gynéco-psy conjointe avec la psy et son binôme, le Dr Véronique Bied-Damon, gynécologue endocrinologue spécialiste de la reproduction. Elle découvrit alors une approche inédite de son problème, qui englobait toutes les dimensions de son être, aussi bien physique, psychologique, qu’émotionnel.

Cette discussion entre les trois femmes fût une véritable révélation. Bien au-delà de son infertilité, elle y aborda son histoire de vie, sa propre naissance, ses parents qui l’avaient tant désirée garçon…

Le Rebirth Intra Utérin, 2ième étape et ultime espoir de maternité

Agréablement surprise et pleine d’espoirs, Lyne était bien décidée à tenter la Méthode O.R.I.U.S. Également appelée Rebirth Intra Utérin, iI s’agit d’une séance au cours de laquelle, l’utilisation de l’EMDR permet dans certains cas d’évacuer les souvenirs plus ou moins conscients, intégrés comme des traumas par le cerveau reptilien. La psychologue comportementaliste reprogramme ensuite celui-ci dans un schéma positif. Aussitôt, le rendez-vous fût pris. Il lui faudrait quand même attendre 3 semaines !

Lyne, 49 ans, enceinte et tellement heureuse de l’être !

La parenthèse enchantée

Qu’à cela ne tienne, c’était les fêtes de fin d’année et Lyne et son compagnon partiraient en voyage comme prévu. Quoi que pas tout à fait. Elle n’était plus la même depuis son rendez-vous. Les sujets intimes abordés avec les deux professionnelles avaient révélé des pans de son histoire qu’elle ne soupçonnait pas, ou dont elle avait inconsciemment minimisé l’importance, sous-estimé la portée. Elle sentait qu’elle avait fait un pas, et misait énormément sur le Rebirth Intra Utérin qui l’attendait à son retour. Elle avait retrouvé confiance et profita de cette parenthèse hivernale avec l’homme de sa vie qui deviendrait, elle n’en doutait pas ou plus, le père de son enfant. Elle venait juste d’avoir 49 ans, elle serait enceinte, elle était confiante.

Enfin enceinte à 49 ans !

Au cours de son voyage, elle retrouva cette sensation qu’elle connaissait tant, bien qu’elle n’eût pas encore donné naissance : à presque 49 ans, elle était enceinte. A son retour, le début d’une grossesse fût confirmé. Elle attendait un enfant, naturellement, sans autre aide que ses prises de conscience quant à son histoire familiale. Elle avait été longtemps désirée garçon, et ceci l’avait empêché de devenir mère…

Nous remercions infiniment Lyne d’avoir accepté de partager son histoire, et lui souhaitons tout le bonheur possible et imaginable auprès de sa famille bientôt agrandie.

Comment une consultation peut-elle solutionner un problème de fertilité ?

Lyne fait partie de la dizaine de contextes psychologiques identifiés par Valérie Grumelin et le Dr Véronique Bied-Damon comme étant prédictifs de la réussite du protocole ORIUS :

  • étant né après un avortement
  • ayant des problèmes de poids (en trop ou en moins) qui masqueraient ou cacheraient une fragilité émotionnelle non résolue
  • étant issu de parents défaillants ou dépressifs
  • ayant vécu un abus ou des attouchements sexuels
  • étant un ou une enfant adopté(e) en crise de recherche d’identité
  • née d’une grossesse accidentelle, non désirée
  • espérée en tant que sexe opposé au sien
  • née après un bébé frère ou sœur décédé
  • étant issu d’un couple illégitime
  • ayant perdu un jumeau en période de gestation

Une expérience menée depuis plus de 3 ans dans le cadre de parcours PMA offre des perspectives très encourageantes. Elles ont reçu conjointement des dizaines de couples infertiles en situation d’échecs multiples de FIV et la première pré-étude réalisée laisse apercevoir un taux de performance de plus de 47% sur des couples confrontés à des problèmes tels que l’insuffisance ovarienne ou divers blocages psychologiques.

En attendant les résultats officiels d’une étude plus poussée, les nombreux témoignages de réussite de la Méthode O.R.I.U.S. constituent un bon indicateur !

Si comme Lyne, vous souhaitez bénéficier d’une prise en charge gynéco-psy, et/ou d’un Rebirth Intra utérin

Vous pouvez nous contacter via le Formulaire, ou nous appeler au 06.60.56.08.06 (VGH) ou au 06.09.91.47.00 (Dr VBD). Elles consultent conjointement à Paris, à Lyon ainsi qu’à Rosas, au nord-est de l’Espagne.

Si vous souhaitez d’abord en savoir plus, rendez-vous sur les articles suivants :

Méthode O.R.I.U.S.
Le binôme gynéco-psy
Témoignages sur Méthode O.R.I.U.S.
PMA et Méthode O.R.I.U.S.
Les blocages psychologiques émotionnels
Infertilité Vs. Infertilité inexpliquée : les clés pour comprendre
Le Dr Véronique Bied Damon
La psy Valérie Grumelin

Des lectures pour y voir plus clair et s’en sortir…

12 clés pour s’accomplir et se réaliser


« Ce petit manuel clair à la portée de tous, véritable Guide du savoir rebondir par ricochets, inculque les gestes du quotidien inhérent à un accomplissement paisible. 12 clés fondamentales sont ainsi délivrées pour permettre d’agir efficacement au quotidien, de retrouver son axe via une meilleure connaissance de soi et de ses symptômes annonciateurs de dysharmonie. »

(A télécharger au format PDF, Kindle et IBook - 15€)

Mon corps me dit


« Le corps a son langage, encore faut-il l’écouter et décrypter les signaux qu’il nous envoie. A partir d’histoires vécues qui témoignent de tel ou tel symptôme courant, le lecteur peut s’identifier aux problèmes abordés et comprendre l’impact tacite et récurrent de ses propres maux, reflets des épreuves traumatisantes qu’il a subies au cours de son existence. Une fois la douleur « conscientisée », l’auteure propose ensuite des exercices pour l’évacuer, un premier pas vers le chemin de la guérison. »

(A télécharger au format PDF, Kindle et IBook - 12,90€)

Téléchargez maintenant au format PDF, Kindle et IBook

Vous souhaitez témoigner de votre expérience de l’infertilité ?

Le partage d’expérience est une aide précieuse dont nul ne devrait se passer. Que vous ayez ou non bénéficier d’une prise en charge gynéco-psy, que vous ayez ou non vécu un Rebirth Intra Utérin, nous relayerons votre histoire très volontiers. N’hésitez pas à utiliser le formulaire de contact pour nous envoyer votre témoignage quant à votre infertilité.

Le point sur le manque de gynécologues par le Dr Bied Damon, spécialiste fertilité & infertilité

En 2018, la France comptait 1054 gynécologues médicaux, soit un nombre tristement insuffisant puisqu’il conduit à une proportion de 3 gynécos pour 100 000 femmes en âge de procréer.

Le témoignage de Lyne, infertile et enceinte à 49 ans

Active et pleine de vie, Lyne a vécu sa vie de jeune femme à 100 à l’heure, avec en filigrane toujours présent, le projet de fonder une famille. Cela viendrait naturellement, il suffisait de faire confiance à la vie pour trouver son Homme, celui qui deviendrait le père de ses enfants.

Don de gamètes : comment devenir donneur de sperme ou donneuse d’ovocyte ?

Le don de gamètes est une solution à l’infertilité, qui dans le cadre de l’Aide Médicale à la Procréation (AMP), aide plus de 3500 couples chaque année en France à mettre un, et parfois même plusieurs enfants au monde. La rigueur de la réglementation française sur le sujet freine ainsi nombre d’hommes et de femmes souhaitant franchir le pas.