Vous êtes ici » fr » Actualités » Le B-A ba de l’alimentation pour tomber enceinte et les aliments interdits durant la grossesse

Le B-A ba de l’alimentation pour tomber enceinte et les aliments interdits durant la grossesse

Surveiller son alimentation pour deux plutôt que manger pour deux. Nombreux sont les aliments interdits durant la grossesse afin que la future maman se maintienne en forme et offre à son bébé en devenir les meilleurs atouts pour démarrer dans la vie. Il en va de même concernant l’alimentation pour tomber enceinte. De nombreuses études déplorent avec véracité qu’une femme sur trois perd le contrôle de son alimentation durant la grossesse, dont l’impact est néfaste pour bébé et pour maman.

Les aliments interdits en cas de projet de grossesse : qu’en disent les études scientifiques ?

Les recherches sur le comportement alimentaire durant la grossesse

De récentes révélations scientifiques démontrent que la suralimentation durant la grossesse engendre un surpoids chez la future mère et a un impact certain sur la santé du futur bébé. Nous persistons à croire que durant la grossesse il faut manger pour deux. Or, cette idée reçue qui nous poursuit depuis l’aube des temps provoque le plus souvent un excès pondéral de la future mère, lié au diabète gestationnel. Dans certains cas, cela peut mener à d’autres affections telles que les maladies cardiaques. De surcroît, le futur enfant aura un risque accru d’obésité doublé de troubles métaboliques.

L’alimentation pour tomber enceinte et durant la grossesse : qu’en dit la science ?

Ce sont les chercheurs d’universités aux Etats-Unis, Arabie Saoudite, Royaume Uni et Suisse qui ont mené cette étude de grande envergure sur une période de plus de 20 ans. Celle-ci a porté sur 11 132 participantes enceintes et a démarré au début des années 1990. Ils ont suivi ces femmes durant et après leur grossesse, ainsi que leurs enfants afin de constater si la perte de contrôle alimentaire pouvait avec un lien avec l’excès pondéral de la mère et de l’enfant. Le verdict est sans appel : 36.3 % des participantes affirment avoir cédé aux pertes de contrôle alimentaire. Contrairement à celles ayant déclaré avoir consommé des aliments sains durant leur grossesse, les recherches ont révélé des niveaux inférieurs en vitamine B et C et en folates. De plus, leur bébé présente un poids de naissance supérieur de 400g à 700g.

Quand l’alimentation durant la grossesse rend les enfants obèses...

Vers l’âge de 15 ans, ces bébés devenus adolescents sont deux fois plus enclins à souffrir de surpoids ou d’obésité. Ainsi, une alimentation saine est recommandée pour tomber enceinte, évitant par là-même les aliments interdits durant la grossesse.

L’alimentation et la fertilité : les aliments pour tomber enceinte

Adopter les bonnes "habitudes fertilité" dès la période de préconception

Concevoir un bébé ne se passe pas seulement dans la chambre mais aussi et surtout dans la cuisine. Adopter une bonne alimentation pour tomber enceinte et durant la grossesse n’aura que des effets positifs tant pour la maman que pour son futur bébé. Les nombreuses enquêtes et recherches scientifiques démontrent à quel point une bonne alimentation évitera l’hyperinsulinie responsable du diabète gestationnel, permettra un bon développement neurologique et physiologique du fœtus et améliorera de manière considérable la fertilité … au féminin comme au masculin.

L’alimentation pour tomber enceinte

Acheter bio, local est déjà le premier pas vers un régime alimentaire équilibré qui aura à l’évidence un retentissement certain sur la santé, la fertilité, la grossesse et le fœtus. Les aliments sélectionnés par vos soins vous accordent une parfaite maîtrise de l’apport en sel, sucre et matière grasse. De surcroît, il est conseillé de consommer :

• Des aliments avec un indice glycémique bas (céréales et farines complètes, légumes secs, fruits, légumes etc.), qui préviennent le diabète gestationnel et l’obésité chez l’enfant
• Les fibres qui permettent de ralentir l’assimilation des sucres et glucides (lin, agar-agar, son d’avoine etc.)
• Les bonnes graisses afin d’avoir un bon apport en oméga-3 qui participe au bon fonctionnement de l’organisme et du système reproducteur. De plus, les oméga-3 participent au bon développement neurologique du fœtus (huile de lin, d’olive, poissons gras, fruits de mer, œufs etc.)
• La vitamine B9 (les folates) est précieuse à toutes les femmes, participant au bon déroulement du cycle menstruel et a fortiori à la fertilité (épinards, lentilles, melon, noix, quinoa etc.). Cela protège l’enfant de certaines malformations et de la naissance prématurée.

Les aliments à éviter !

Il est inutile de rappeler à quel point les plats industriels sont mauvais pour la santé, la fertilité et sont absolument à bannir durant la grossesse. En effet, les quantités de sels, de sucre, de conservateurs, d’additifs, de perturbateurs endocriniens etc. présents dans ces plats cuisinés, sont autant de substances dangereuses pour la santé et particulièrement celle du fœtus ! En outre, refusez de consommer :
• Les aliments avec un indice glycémique élevé qui augmentent de façon significative le niveau de sucre dans le sang (sucre raffiné, farine blanche etc.)
• Les mauvaises graisses (gâteaux et viennoiseries, beurre, viandes grasses, charcuteries etc.)
• Évitez à tout prix les yaourts 0% et les laits écrémés. Selon une recherche, les yaourts 0% impactent la réponse hormonale.

Tant qu’à surveiller son alimentation en période de préconception, n’oubliez pas que vous pouvez orienter la détermination du sexe de votre futur bébé en impactant le Ph de votre glaire cervicale : les aliments alcalins favorise la venue d’une petite fille tandis que les aliments acides encourage l’arrivée d’un garçon. C’est à vous de jouer !

Gynécologue spécialiste infertilité, découvrez le Dr Véronique Bied Damon

Co-auteur de la Méthode Gynéco Psy avec Valérie GRUMELIN HALIMI, le Docteur Véronique BIED DAMON est une gynécologue endocrinienne spécialiste de la reproduction, de l’infertilité et de l’AMP. Également co-auteur du Guide de l’infertilité, elle a accepté de répondre à quelques questions.

Petite taille du pénis Vs. infertilité & stérilité masculine

Si la Science n’avait jusqu’ici jamais fait le rapprochement entre l’infertilité chez l’homme et la taille du pénis, une étude publiée récemment pourrait bien changer la donne. Une équipe de chercheurs américains vient en effet d’émettre l’hypothèse de sa responsabilité, dans certains cas.

Quelles sont les causes de l’infertilité homme & femme ? Zoom sur la fertilité du couple en 2018

Un couple sur six est amené à consulter parce qu’il ne parvient pas à procréer. Pour 40% de ces couples infertiles, l’homme et la femme présentent TOUS LES DEUX des signes d’infertilité empêchant la procréation. D’après les dernières études faites sur le sujet, il semblerait que la fertilité du couple soit en déclin en France... Pourquoi ?