Vous êtes ici » fr » Actualités » Ovaires artificiels : une solution à l’infertilité et aux problèmes ovariens ?

Ovaires artificiels : une solution à l’infertilité et aux problèmes ovariens ?

Cette découverte réalisée par une équipe de chercheurs danois pourrait à terme changer la vie des femmes atteintes d’infertilité. Ces derniers sont en effet parvenus à mettre au point un ovaire artificiel capable de maintenir en vie des ovules sur de longues durées. Une solution infertilité efficace face aux problèmes ovariens ? S’il est encore trop tôt pour le dire, cette avancée est néanmoins porteuse d’espoir.

Ovaire artificiel : une découverte révolutionnaire dont les effets doivent encore être validés

Nouvelle solution infertilité : un ovaire artificiel conçu au moyen d’une imprimante 3D !

Fabriqué à partir de tissus humains, l’ovaire artificiel dévoilé par des scientifiques de Copenhague se présente sous la forme d’un dispositif constitué pour majeure partie de collagène.

La fonction principale de cet appareil inédit élaboré par bio-impression 3D vise à maintenir en vie des ovules pendant plusieurs semaines. Il s’apparente à une solution infertilité qui pourrait, dans le futur, s’adresser aux femmes souffrant de problèmes ovariens et désireuses de concevoir un enfant après avoir subi un cancer et des traitements lourds tels que la radiothérapie et la chimiothérapie.

Des résultats porteurs d’espoir

Les résultats de l’étude et des expérimentations menées par les chercheurs danois ont été présentés récemment lors de la 34e réunion annuelle du congrès de la European Society of Human Reproduction and Embryology (ESHRE), à Barcelone.

C’est la première fois qu’un tel ovaire artificiel est mis au point et ce procédé d’un nouveau genre pourrait aussi déboucher prochainement sur l’établissement de pistes de guérison et de solution à l’infertilité pour les femmes souffrant de cancer et de certains troubles hormonaux.

L’ovaire artificiel permettant de résoudre les problèmes ovariens : l’expérience en détail

L’ovaire artificiel a été établi à partir d’un maillage en gélatine dans lequel ont été introduits des follicules ovariens de souris femelle. La technique en elle-même vise à déconnecter les follicules du système sanguin.
20 follicules ovariens ont été implantés à l’intérieur de souris, via des ovaires artificiels greffés sur les rongeurs. Résultat : trois d’entre elles ont donné naissance à des portées de souriceaux parfaitement sains.
Ce qui est également très intéressant, c’est que des vaisseaux sanguins ont aussi poussé autour de l’ovaire pour l’alimenter, la preuve qu’il est possible de faire survivre des cellules d’ovules.

Et dans le futur ?

Si l’étude menée sur des animaux doit encore être transposée à la femme, elle représente malgré tout une solution infertilité porteuse d’espoir pour nombre d’entre elles qui se battent contre des maladies telles la sclérose en plaques, la leucémie ou la bêta thalassémie (maladie de l’hémoglobine induisant dans certains cas des troubles de la fertilité et autres problèmes ovariens).

Solution à l’infertilité et aux problèmes ovariens : des essais scientifiques qui transcendent les recherches les plus récentes

De nouvelles promesses face aux problèmes ovariens

La solution infertilité reposant sur l’utilisation d’ovaires artificiels appelés à combattre les problèmes ovariens s’apparente à une petite révolution dans un secteur de recherche en plein développement
Jusqu’à présent, les femmes confrontées à la maladie avaient la possibilité de faire congeler leurs tissus ovariens, une méthode aujourd’hui correctement maîtrisée et assez répandue.
La technique de l’ovaire artificiel s’affiche comme une nouvelle possibilité à prendre sérieusement en compte dans la mesure où elle serait plus sûre, notamment pour les personnes devant faire face à un cancer de l’ovaire.

Limiter les risques liés aux processus de congélation de l’ovaire

Encore avant, certaines méthodes visant à restaurer la fonction ovarienne des patientes confrontées aux problèmes ovariens avaient apporté des résultats mitigés par rapport aux solutions infertilité entrevues à l’époque. En effet, les technologies telles que la fertilisation in vitro, les traitements hormonaux et les greffes d’ovaires n’offrent pas de solutions à long terme, contrairement à l’ovaire artificiel.

Une solution infertilité qui permettrait d’éviter la prolifération des cellules tumorales

Si la congélation ovarienne demeure aujourd’hui encore l’alternative thérapeutique la plus crédible et la plus couramment proposée aux femmes souffrant de problèmes ovariens liés au cancer, elle n’est pas sans risque.
En effet, l’ovaire prélevé et congelé avant le traitement de la maladie peut, dans certains cas, entraîner une prolifération des cellules tumorales lors de sa réimplantation dans le corps. Cette technique est même totalement interdite pour les personnes souffrant de leucémie. La technique de l’ovaire artificiel offre donc de nouvelles perspectives dans la lutte contre la réapparition des cellules malignes.

Le mot de la Gynéco


" L’insuffisance ovarienne est l’un des défis de demain pour lutter contre la fertilité. Effectivement, l’âge de désir du premier enfant recule pour atteindre maintenant 31 ans, contre 26 ans il y a 15 ans. De plus on observe une augmentation de l’incidence de l’insuffisance prématurée, peut-être sous l’influence de facteurs épigénétiques et environnementaux. Enfin les causes iatrogènes, comme la chimiothérapie, sont en augmentation constante. L’auto conservation de tissu ovarien est actuellement proposé uniquement dans le cadre de la préservation de la fertilité chez les patientes nécessitant une chimiothérapie. Mais peut-être qu’à l’avenir une auto conservation ovarienne pourrait être proposée à toutes les femmes n’ayant pas eu de grossesse à 30 ans 35 ans, avant la chute naturelle de la réserve ovocytaire...
Cette étude menée sur l’ovaire artificiel est prometteuse pour tous les types d’insuffisance ovarienne, en prévention, en anticipant sur sa survenue devant des signes d’alerte comme la baisse de la AMH, cycles courts ou faibles réponse aux stimulations ovariennes. Entre ovaires artificiels et auto conservation d’ovocytes matures, l’avenir nous dira quelle est la méthode la mieux adaptée, selon le contexte et l’histoire de chaque patiente... Pour l’instant seul l’auto conservation d’ovocytes est possible. La loi en France doit encore évoluer avant d’autoriser cette démarche à chaque femme qui souhaite préserver sa fertilité. A suivre."
Dr V. BED-DAMON

L’ovaire artificiel représente donc une solution infertilité tangible dans le futur pour la résolution de certains troubles et problèmes ovariens. Attention cependant : les résultats entrevus jusqu’à présent devront être répétés dans le temps à plus grande échelle afin d’être validés et d’offrir aux femmes infertiles de nouveaux horizons quant à leur faculté à pouvoir donner la vie. Comme le souligne Susanne Pors, docteur du Rigshospitalet de Copenhague en charge de l’étude : « C’est la première preuve que nous pouvons réellement faire fonctionner ces ovules. C’est une étape importante. Mais cela demandera peut-être encore cinq à dix ans de travail avant que nous puissions réaliser des essais sur la femme. »

Gynécologue spécialiste infertilité, découvrez le Dr Véronique Bied Damon

Co-auteur de la Méthode Gynéco Psy avec Valérie GRUMELIN HALIMI, le Docteur Véronique BIED DAMON est une gynécologue endocrinienne spécialiste de la reproduction, de l’infertilité et de l’AMP. Également co-auteur du Guide de l’infertilité, elle a accepté de répondre à quelques questions.

Petite taille du pénis Vs. infertilité & stérilité masculine

Si la Science n’avait jusqu’ici jamais fait le rapprochement entre l’infertilité chez l’homme et la taille du pénis, une étude publiée récemment pourrait bien changer la donne. Une équipe de chercheurs américains vient en effet d’émettre l’hypothèse de sa responsabilité, dans certains cas.

Quelles sont les causes de l’infertilité homme & femme ? Zoom sur la fertilité du couple en 2018

Un couple sur six est amené à consulter parce qu’il ne parvient pas à procréer. Pour 40% de ces couples infertiles, l’homme et la femme présentent TOUS LES DEUX des signes d’infertilité empêchant la procréation. D’après les dernières études faites sur le sujet, il semblerait que la fertilité du couple soit en déclin en France... Pourquoi ?