Vous êtes ici » fr » Actualités » Blocage psychologique pour tomber enceinte : quels bénéfices de la solution O.R.I.U.S. sur les patients infertiles ?

Blocage psychologique pour tomber enceinte : quels bénéfices de la solution O.R.I.U.S. sur les patients infertiles ?

Toujours à l’étude, la Méthode O.R.I.U.S. présente des résultats très prometteurs auprès des victimes d’infertilité, quelle qu’en soit la cause. En « débloquant la grossesse », O.R.I.U.S. permet à de plus en plus de couples de procréer. Il est fréquent qu’en concentrant son attention sur un dysfonctionnement physiologique causant l’infertilité, on passe à côté d’un blocage psychologique pour tomber enceinte. S’il est encore prématuré de tirer des conclusions scientifiques officielles, nous ne résistons pas à l’envie de vous livrer quelques chiffres plus qu’encourageants concernant ses chances de réussite chez les couples ayant opté pour cette solution à l’infertilité. Si grossesse, dans plus de 70 % des cas, elle survient dans les 6 mois !

O.R.I.U.S. : solution à l’infertilité ?

L’objectif : permettre de lever les blocages psychologiques pour tomber enceinte

O.R.I.U.S. se déroule en une seule séance de 1 heure. Cette solution à l’infertilité consiste à lever les potentiels blocages psychologiques à la grossesse. O.R.I.U.S. propose un déblocage des traumatismes émotionnels à la fois physiques, psychiques et/ou énergétiques, permettant aux femmes infertiles de lever leur résistance à la grossesse pour rentrer en résilience afin d’accueillir la vie.

Valérie Grumelin et le Dr Véronique Bied Damon

À l’issue d’une première étude réalisée sur le Rebirth Intra Utérin en PMA et présentée en septembre 2016, Valérie Grumelin (psychothérapeute spécialiste de l’Infertilité) et le Dr Véronique Bied Damon (Gynécologue endocrinologue experte de la Fertilité) ont affinée la Méthode, renommée O.R.I.U.S. : Original Regression Intra Uterin Stimulation. Potentielle solution à l’infertilité, la Méthode est en cours d évaluation par une étude clinique . Si les résultats obtenus sont significatifs à l’issue de cette étude, O.R.I.U.S. pourrait à la fois être, officialisée en tant que solution à l’infertilité, et de communiquer sur son efficacité à lever les blocages psychologiques pour tomber enceinte.

L’étude en cours

Qui est concernée par cette solution à l’infertilité ?

Pour réaliser cette étude, le « binôme gynéco psy » s’est appuyé sur 41 patientes infertiles, quelle que soit la cause et la durée de leur infertilité :

  • 22 de moins de 38 ans,
  • 19 de plus de 38 ans.

Le duo a ainsi observé la survenue d’une grossesse dans un délai maximum d’une année après la séance O.R.I.U.S., quelle que soit la prise en charge médicale (grossesse spontanée / après stimulation simple / AMP).

Comment se lèvent les blocages psychologique pour tomber enceinte ?

O.R.I.U.S. se déroule en 3 séquences durant la même heure :

  • La 1ere séquence consiste à faire régresser la patiente jusqu’à sa propre période de conception intra-utérine, afin d’ôter les traumatismes absorbés durant sa genèse intra-utérine.
  • La 2ème séquence consiste à lever les nœuds du corps par le biais du toucher subtil en facia-thérapie.
  • Et la 3ème séquence permet un rééquilibrage énergétique par les sons et les vibrations perçus par l’oreille interne, afin de retrouver son ancrage et son harmonie.

Des résultats encourageant à entériner officiellement grâce à l’étude

Des chiffres à valider

65,85% de démarrage de grossesse dans l’année !

Bien qu’il soit encore trop tôt pour affirmer le potentiel de cette solution à l’infertilité, il est permis de se réjouir du taux déblocage de grossesse. Parmi les 41 patientes infertile qui ont tenter de lever les éventuels blocages psychologiques pour tomber enceinte, 27 ont démarré une grossesse dans les 12 mois qui suivaient la séance, soit 65,85% !

L’âge facteur de réussite du déblocage de la grossesse ?

  • Pour le groupes des 22 patientes de moins de 38 ans, 14 ont démarré une grossesse soit 63,63%
  • Pour le groupes des 19 patientes de plus de 38 ans, 13 ont démarré une grossesse soit 68,42%

Ont défini par grossesse un taux de bêta hCG > 100 unités et confirmé par la présence d’un embryon à l’échographie. La période d’observation de survenue d’une grossesse s’étale sur l’année qui suit la séance. Dans plus de 70 % des cas, la grossesse survient dans les 6 mois.

Des résultats à affiner

C’est à ce stade que les deux expertes Valérie Grumelin (psychothérapeute spécialiste de l’Infertilité) et Véronique Bied Damon (Gynécologue endocrinologue experte de la Fertilité) observent les premiers résultats avec beaucoup de prudence car le nombre de patientes analysées n’est pas suffisant. Il s’agit désormais pour elles d’opérer les réflexions et tous les ajustements nécessaires afin d’orienter l’étude vers une vision juste et indiscutable du bénéfice de la méthode O.R.I.U.S. pour les victimes d’infertilité. La solution ? Préciser les chiffres afin d’affiner les résultats.

Le constat

« Nous constatons un taux de grossesse global de 65,8 % dans l’année qui suit. Spontanée ou après AMP : il serait intéressant d’analyser le mode de survenue de cette grossesse, spontanée ou après AMP afin de comparer par rapport au référentiel dans chaque groupe sans ORIUS . Le taux cumulé de grossesse après deux tentatives de FIV se situe autour des 65 %. Avec O.R.I.U.S. nous constatons ce même taux mais le plus souvent après un seul cycle de FIV. Ce résultat encourageant nécessite d’être confirmé, et nous nous y emploierons dans les prochains mois. »

Les pistes de travail

« Ce qui nous semble le plus étonnant, c’est le maintien d’un bon taux de grossesse après 38 ans avec 68% de grossesse dans l’année. Nous devons affiner nos résultats dans ce groupe en détaillant :

  • le taux de grossesse évolutive,
  • le taux de fausses couches,
  • le mode d’obtention de la grossesse : spontanée ou après AMP.

Il sera alors possible de définir le profil de patientes où l’efficacité de la méthode semble optimale selon :

O.R.I.U.S. semble diminuer le délai d’attente de survenue d’une grossesse, ce qui est particulièrement important pour les femmes de plus de 38 ans. De même, les patientes en échec inexpliqué de PMA pourraient bénéficier de cette approche afin de lever leurs résistances parfois inconscientes à une grossesse. »

Conclusion de l’étude : O.R.I.U.S. solution à l’infertilité ?

« Les patientes ayant bénéficié de la méthode O.R.I.U.S. semblent récupérer leur potentiel procréatif par la levée de leur blocages émotionnels. Débarrassées de leur résistance en une seule séance de 1 heure, le délai d’obtention d’une grossesse semble plus rapide. Ceci nous paraît d’autant plus intéressant chez les patientes de plus de 38 ans rattrapées et stressées par leur horloge biologique.
Nous allons maintenant poursuivre notre étude O.R.I.U.S. en prenant comme critère d’évaluation le taux de naissance. Nous augmenterons en outre le nombre de cas inclus, afin de mieux évaluer la significativité de chaque groupe, et de cibler le profil de patientes infertiles où l’efficacité de la méthode améliore significativement les chances de grossesse.
Le déblocage émotionnel par ORIUS couplé à une prise en charge médicale permettrait d’optimaliser au mieux l’efficacité dans la prise en charge du couple infertile, et particulièrement chez les patientes de plus de 38 ans pour qui le temps est précieux. »

PRENDRE UN RDV DÉBLOCAGE ÉMOTIONNEL

Comment une infertilité expliquée peut-elle devenir psychologique ?

Saviez-vous que l’infertilité psychologique peut également s’inviter chez des couples chez qui l’infertilité est expliquée par un dysfonctionnent physiologique, tel une insuffisance ovarienne, ou encore une azoospermie. Comment cela est-il possible ? Quelles sont les conséquences et les solutions ?

Difficultés à avoir un deuxième bébé : pourquoi l’infertilité secondaires ?

Parents d’un premier enfant, vous êtes nombreux à rencontrer des difficultés à avoir un deuxième bébé. Parfois les bilans de fertilité indiquent un dysfonctionnement, mais bien souvent, nul n’est réellement capable d’expliquer cette situation, appelée infertilité secondaire.

Un test pour le dépistage des signes de l’endométriose ?

L’endométriose, tout le monde en parle et nous sommes nombreuses, au regard des symptômes connus, à nous demander si nous ne serions pas concernées, tel 10% des femmes en âge de procréer.