Vous êtes ici » fr » Actualités » Être fertile : mes 5 premiers reflexes « anti-infertilité »

Être fertile : mes 5 premiers reflexes « anti-infertilité »

Si fonder une famille semble une étape naturelle de la vie, l’infertilité n’a de cesse de gagner du terrain au sein des couples français. Tandis que le désir d’enfant arrive naturellement avec la rencontre de l’être aimé, il est de plus en plus fréquent pour le couple, d’être confronté à l’infertilité. Ils ont envie de procréer, se sont-ils demandé s’ils seraient fertiles ? Parce qu’entre perturbateurs endocriniens, nano-particules et malbouffe, la fertilité de nos jours, ça se travaille ! Comment mettre toutes les chances de son côté pour ÊTRE FERTILE ? Commencez par adopter les bon reflexes fertilité ! Nos 5 conseils :

Pour être fertile, commencez par prendre soin de votre corps !

Prendre soin de son corps, c’est aussi veiller sur sa santé, au-delà du bien-être. Votre premier réflexe pour être fertile est d’arrêter la cigarette, l’alcool et tout autre substance magique ! Vous pensez peut-être prendre soin de vous lorsque vous utilisez ce gel moussant à la vanille qui transforme chaque passage à la salle de bain en voyage des sens ? Lorsque vous allumez cette bougie parfumée qui vous fait sentir si zen ? Pourtant, il y a fort à parier que vous vous douchiez aux perturbateurs endocriniens et que vous ne respiriez rien de très très pur... Et ça, c’est ANTI FERTILITÉ ! Pour être fertile : s’entourer de produits sains et naturels, dans la salle de bain comme dans le reste de la maison. C’est tout votre environnement qui se doit d’être le plus sain possible. Aérez votre logement chaque jour, et évitez les sorties en milieu pollué. Préférez les ballades en nature, respirez l’air pur.

Chassez le stress, reposez-vous…

Ce conseil anti-infertilité, nous ne cesserons jamais de vous le donnez : fuyez le stress qui vous empêche de tomber enceinte ! Concentrez-vous sur l’essentiel, levez le pied. Au-delà de l’importance qu’a votre travail pour vous, vous verrez que la terre ne s’arrêtera pas de tourner parce que vous aurez une vie en dehors du boulot. Dans votre vie privée, vous n’êtes pas wonder-woman non plus ! Faites des pauses, lisez, prenez un bain, offrez-vous un massage, et prenez du temps pour votre compagnon, le temps pour faire l’amour, juste pour le plaisir de partager ensemble. Faites des projets bien au-delà de votre projet de grossesse qui ne doit en aucun cas devenir une obsession, ce qui gâcherait vos chances d’être fertile.

Veillez à votre alimentation

Vous croyez également prendre soin de vous lorsque vous vous offrez un de ces petits bonbons fraise au parfum d’enfance ? Saviez-vous que la plupart de ces petites douceurs sucrée sont truffées de nanoparticules ? La viande souvent imbibée d’anti-biotiques, le poisson empoisonné au mercure, les fruits et légumes imprégnés de pesticides… la liste est longue ! Or l’alimentation joue un rôle considérable dans la fertilité. Pour être fertile, il convient de se nourrir sainement. Certains aliments sont "pro-fertilité". Pour ce faire, consommez naturel, bio dès que possible. Lavez soigneusement les végétaux et évitez les aliments transformés et industriels, les plats préparés. Essayez de privilégier les aliments riches en Oméga 3, en antioxydants, en vitamines D ainsi qu’en acides foliques (vitamine B9).

Faites équipe avec votre conjoint

L’homme de votre vie ne doit pas devenir un instrument de procréation. Si vous ne voulez pas le démotiver, hors de questions de programmer les galipettes selon votre calendrier d’ovulation ! Vous pensiez que la maîtrise de son calendrier d’ovulation comptait parmi les premiers conseils anti-infertilité ? Bien sûr ! Il s’agit juste d’être discrète afin de préserver le désir et la séduction, rien ne vous empêche de connaître votre cycle et de repérer la fenêtre de fécondation, bien au contraire. La grossesse tarde à venir ? Suivez les bons conseils fertilité ensemble, ayez des rapports sexuels réguliers et épanouissants pour l’un et l’autre, vous ne devriez pas tarder à tomber enceinte. En l’absence de procréation au bout de 2 ans, envisagez un bilan de fertilité du couple, même si l’un ou l’autre des conjoints a déjà eu un enfant, n’oubliez pas que l’infertilité peut être primaire ou secondaire. Ne culpabilisez pas l’autre, et ne vous culpabilisez pas non plus, l’infertilité est mixte ! Elle concerne les hommes à 30%, les femmes à 30% et le couple à 30% également. Les 10% restants concernent l’infertilité inexpliquée. Aimez-vous et séduisiez-vous, le désir partagé d’enfant dans un climat d’amour est en soi un formidable booster de fertilité !

Respectez votre horloge biologique, le premier conseil anti-infertilité !

Il faut en moyenne 1 an et 7 mois pour tomber enceinte. Lorsque l’envie d’avoir un bébé s’installe, la fertilité est en partie conditionnée par l’âge. Un jeune couple parvient généralement à procréer au bout de 3 à 6 mois, soit une chance de grossesse de 25% par cycle. Mais ce délais augmente considérablement avec l’âge, et après 40 ans, ces chances chutent à 6% par cycle. Pour se donner un maximum de chances d’être fertile, ne repoussez pas trop votre projet de bébé. Plus vous avancerez en âge, et moins vous serez fertile.

Le mot du gynéco

Co-auteur de la Méthode Gynéco Psy, le Docteur Véronique BIED DAMON est une gynécologue endocrinienne spécialiste de la reproduction, de l’infertilité et de l’AMP.

Le rôle du facteur environnemental dans l’augmentation de l’infertilité

"Le nombre de couples confrontés à l’infertilité ne cesse d’augmenter en partie lié à notre mode vie sédentaire et a une exposition croissantes aux polluants. Notre rôle de médecin est d’informer sans affoler, et de proposer un mode de vie sain. Le lien entre perturbateurs endocriniens et toxiques environnementaux, avec la fertilité et les anomalies épigénétiques sur les générations futures, est de mieux en mieux documenté et de nombreux travaux de recherche sont en cours. L’interrogatoire sur l’exposition environnementale fait de plus en plus partie de notre consultation de fertilité afin de corriger certaines expositions. Une personne vivant à la ville ou à la campagne n’est pas exposée aux mêmes sources de polluants (pesticides pour la campagne et micro particules et COV pour les villes)."

L’importance d’une bonne hygiène de vie

"Tout d’abord ne pas fumer, ni tabac ni cannabis, et limiter au maximum sa consommation d’alcool. Faire attention à son poids à fin d’avoir un IMC correct entre 19 et 30 maximum et maintenir une activité physique suffisante. La sédentarité est néfaste à la fois pour le poids, mais aussi pour le métabolisme et enfin pour le psychisme. La pratique du sport est un bon anti stress ! Avoir une alimentation équilibrée et surtout de qualité sans pesticides ni produits chimiques :
Éviter les plats cuisinés trop riches en sel ou en sucre, et surtout plein de conservateurs et additifs alimentaires. Privilégier les produits frais en circuit court. Limiter sa consommation de poisson à deux fois par semaine maximum. Ne pas réchauffer ses aliments aux micro-ondes dans des récipients en plastique. Penser à bien aérer vos maisons ou appartement au moins 10 minutes par jour car l’air intérieur est extrêmement pollué par tous les produits d’entretien, les meubles, les vernis, les parfums d’intérieur, bombes insecticides, etc. Éviter également la teinture des cheveux et la cosméto sans écolabel. Pour la fertilité des hommes, le port de jeans serrés et mettre son téléphone portable dans la poche du pantalon sont à éviter."

Préservons la fertilité

"En pratique il existe toute une série de mesures et de recommandation que nous remettons au couple lors de la première consultation d’infertilité, afin de les sensibiliser à leur environnement et les inviter à agir avec des gestes simples. Ces recommandation, non seulement sont importantes pour favoriser la fertilité, mais aussi pour prévenir le risque d’anomalies possible sur l’embryon, le fœtus et donc le bébé à venir. Ainsi préserver sa fertilité par des attitudes de vie saine, c’est préserver la santé de notre descendance. En attendant plus de preuves scientifiques, nous disposons déjà de suffisamment d’éléments sérieux pour adopter le principe de précaution."

Le stress

"Enfin le stress où les blocages psychologiques peuvent être un frein à la fertilité. N’hésitez pas dans ce contexte à vous faire aider par un psychologue ou pratiquer des activités que vous aimez comme la méditation, le yoga, la musique pour vous détendre. Il faut éviter de se focaliser sur son ovulation, mettre la pression sur son conjoint, se culpabiliser et ainsi s’oublier. Nourrissez-vous de l’intérieur et faites-vous du bien. En cas de difficulté, posez-nous toutes vos questions : nous sommes là pour vous informer le plus objectivement possible et vous proposer des solutions."

Être fertile : mes 5 premiers reflexes « anti-infertilité »

Si fonder une famille semble une étape naturelle de la vie, l’infertilité n’a de cesse de gagner du terrain au sein des couples français. Tandis que le désir d’enfant arrive naturellement avec la rencontre de l’être aimé, il est de plus en plus fréquent pour le couple, d’être confronté à l’infertilité. Ils ont envie de procréer, se sont-ils demandé s’ils seraient fertiles ?

Blocage psychologique pour tomber enceinte : quels bénéfices de la solution O.R.I.U.S. sur les patients infertiles ?

Toujours à l’étude, la Méthode O.R.I.U.S. présente des résultats très prometteurs auprès des victimes d’infertilité, quelle qu’en soit la cause. En « débloquant la grossesse », O.R.I.U.S. permet à de plus en plus de couples de procréer. Il est fréquent qu’en concentrant son attention sur un dysfonctionnement physiologique causant l’infertilité, on passe à côté d’un blocage psychologique pour tomber enceinte.

Comprendre son infertilité avec un livre, c’est possible ?

Plus qu’un livre sur l’infertilité, « Mon corps me dit » est un livre audio sur les messages que le corps envoi, et leur compréhension. S’il peut permettre de décrypter les origines émotionnelles d’une infertilité, ce livre publié aux éditions Guy Trédaniel est un ouvrage de développement personnel qui propose une autre approche de la relation corps/esprit.